Tunisie: Un nouveau décret sur la suspension du Parlement fait débat

En Tunisie, après le limogeage dimanche 25 juillet de son Premier ministre, le président Kaïs Saïed a nommé une personnalité en charge du ministère de l'Intérieur. Dans le même temps, un autre décret est très commenté, ce vendredi matin, il concerne l'Assemblée nationale, dont les travaux sont gelés depuis dimanche dernier.

« Le délai prévu peut être prorogé par décret présidentiel », c'est cette petite phrase au milieu d'un nouveau décret concernant l'Assemblée nationale qui fait débat ce vendredi matin 30 juillet à Tunis. Le parti Ennahdha, opposé au président, a réagi rapidement : un mois, « cela devrait être la limite maximale à la suspension des institutions et de la Constitution ».

La formation appelle à ce que les discussions avec les partis politiques soient menées pour la présentation d'un nouveau Premier ministre devant le Parlement avant la fin du mois. « S'il n'y a pas d'accord sur le retour du Parlement, la formation du gouvernement et sa présentation au Parlement, la rue tunisienne se mobilisera sans aucun doute », menace Ennahdha.

Cependant, la confiance des Tunisiens semble toujours acquise au président. Ils attendent un vrai changement dans la manière de pratiquer la politique. Un internaute sur Tweeter souligne que « Kaïs Saïed incarne l'antisystème, et il a été élu en tant que tel ».

Pour l'analyste politique Slaheddine Jourchi il y a peu de doute : le délai des 30 jours de suspension du Parlement sera dépassé. Il souligne que le président -professeur de droit constitutionnel- « ne croit pas au système parlementaire ni aux partis politiques ». Pour lui, comme d'autres observateurs le président souhaite revenir à un système présidentiel.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X