Congo-Brazzaville: L'art et la manière - Le BSAM

« Bonjour, bonsoir, merci sont trois règles de la vie » d'après un proverbe Breton. Les formules de politesse sont des passerelles qui permettent d'aller vers les autres. Elles ne coûtent rien et valent pourtant beaucoup. Savoir user de politesse et l'être foncièrement sont des clés d'or d'un quotidien léger.

Le BSAM, à savoir « Bonjour », « Sourire », « Au revoir », « Merci », ou plus largement les formules de politesse auxquelles on peut aussi joindre les « Excusez-moi » et « Je vous en prie » sont les piliers fondamentaux du savoir-vivre en société. Elles sont comme une règle commune que les Hommes ont établi dans le but de faciliter leurs interactions et de les rendre agréables. Sourire et dire bonjour avant de discourir ou de demander quoi que ce soit sont déjà une façon de désamorcer la bombe de l'inconnu face à un inconnu ou à un alter cher à votre cœur.

Les matins sont toujours une nouvelle découverte de la vie, qu'importe ce qui s'est passé la veille. Et, selon la qualité du sommeil qu'elle a eue, on ne sait jamais de quel pied la personne en face s'est réveillée et dans quel état elle a quitté son domicile. Que ce soit dans un cadre professionnel, personnel ou intime ; le sourire et le « bonjour » sont un marchepied mis à la disposition de l'autre pour l'introduire dans un certain échange.

Le « bonjour » est l'une des premières choses que tout parent devrait apprendre à son enfant, avant de lui apprendre les grands principes de la vie. Tout autant que les salutations et le sourire sont nécessaires, le réflexe de s'excuser quand on a causé du tort sans l'avoir prémédité est nécessairement à développer pour éviter les frictions et les frustrations inutiles.

Aussi un « merci » vivant, sincère et enjoué permet à la personne en face de rester dans de bonnes dispositions à votre égard ou au mieux, de reproduire un bienfait qu'il a entrepris si l'occasion se présente de nouveau, rien que pour le plaisir de voir votre visage s'illuminer et de jouir avec vous de cette chaleur que vous lui avez transmise.

Bien que la politesse soit nécessaire, elle ne doit pas se voir forcée, elle s'en ressentirait. La politesse forcée est désagréable à vivre pour la personne en face, gênante voire offensante. Même si un périmètre d'intimité doit être préservé, la politesse n'ayant pas pour vocation de vous rendre totalement transparent au regard de la personne en face ; elle a pour rôle de polir les rugosités des échanges entre les personnes et de rendre invisibles ou du moins d'atténuer les différences de classes.

Dans un milieu accueillant des profils de personnes venant de différents horizons, chacun sa réalité et son ressenti ; les conventions et les formules de politesse permettent une fluidité des échanges. La politesse en général et les formules de politesse en particulier devraient être appréciées et appliquées par tous. Dans certains domaines, elle se trouve être indispensable et l'objet de différentes formations d'entreprises. Que l'orientation en soit professionnelle, personnelle ou intime ; le BSAM est la base du savoir-vivre en société. Il rend toute personne attrayante et constitue la toute première porte qui ouvre sur les diverses opportunités de la vie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X