Maroc: Le bon et le mauvais nationalisme olympique

En plus d'avoir été reportés d'un an, les Jeux olympiques de Tokyo 2020 ont été chargés de polémiques. Selon un récent sondage, 78% des citoyens japonais pensaient que les Jeux devraient être annulés, en raison des inquiétudes suscitées par la pandémie. Depuis lors, les médias japonais ont braqué les projecteurs sur le fait que tous les athlètes visiteurs (dont 100 des Etats-Unis) ne sont pas vaccinés contre la Covid-19.

A ces problèmes de santé publique sans précédent s'ajoutent les problèmes politiques éternels, tels que la plainte commune selon laquelle les Jeux olympiques encouragent le nationalisme ou le chauvinisme. Chaque événement produit une confrontation sur le nombre de médailles prévu entre les grands prétendants comme les Etats-Unis, la Chine, le Japon, la Grande-Bretagne et la Russie (qui participe aux Jeux de Tokyo en tant que «Comité olympique russe», suite à l'interdiction du pays pour dopage ).

Les régimes politiques du monde entier reconnaissent que le sport peut renforcer l'identité nationale et que les Jeux olympiques, en particulier, peuvent conférer un statut sur la scène mondiale. Les gouvernements ont longtemps utilisé les Jeux pour dire à leurs citoyens : «Nous avons réussi». En 1936, Hitler profite pleinement des Jeux olympiques de Berlin, qui avait été choisi pour accueillir les Jeux de 1931, deux ans avant l'arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes. En 1964, les Japonais ont utilisé les Jeux olympiques de Tokyo pour signaler leur pleine réhabilitation après la Seconde Guerre mondiale. Et dans les années 80, les Jeux olympiques sont devenus un football de la guerre froide, les Etats-Unis boycottant les Jeux de Moscou en 1980 et les Soviétiques boycottant les Jeux de Los Angeles en 1984.

La valeur politique des Jeux est l'une des raisons pour lesquelles les gouvernements sont prêts à payer autant pour les accueillir. La Chine a dépensé 40 à 44 milliards de dollars - plus que tout autre pays de l'histoire, à l'époque - pour accueillir les Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin. Il a ensuite été dépassé par la Russie, qui a dépensé environ 50 milliards de dollars pour accueillir les Jeux olympiques de Sotchi en 2014. Entre battre le record de dépenses et annexer la Crimée la même année, les cotes d'approbation du président russe Vladimir Poutine ont dûment grimpé en flèche.

Il ne fait aucun doute que les événements sportifs internationaux peuvent amplifier les aspects les plus désagréables du nationalisme, comme dans le cas des Jeux de 1936 à Berlin. Historiquement, les Jeux ont aussi rappelé aux conquis leur souveraineté perdue. Jusqu'en 1924, les athlètes polonais ne pouvaient remporter des médailles qu'en représentant d'autres pays. Et pendant des générations, les athlètes des républiques soviétiques annexées de force, comme les Etats baltes et l'Ukraine, ont été contraints de représenter l'Union soviétique ou de ne pas concourir.

Mais les sentiments inspirés par les événements sportifs internationaux ne sont pas tous mauvais. Un désir collectif de gagner peut atténuer la discrimination contre les groupes minoritaires, comme lorsque l'establishment américain a reconnu les talents de Jesse Owens, qui a remporté quatre médailles d'or en athlétisme aux Jeux olympiques de Berlin, inspirant des générations de jeunes Noirs américains. Et plus récemment, la capacité phénoménale de la star du tennis Naomi Osaka a poussé de nombreux Japonais à surmonter les préjugés ethniques et sexistes traditionnels. L'allumage par Osaka de la torche olympique de Tokyo aura des ramifications sociales importantes à travers le Japon, voire toute l'Asie de l'Est.

Les compétitions sportives offrent également des opportunités pour un nouveau pays d'établir son sentiment d'appartenance nationale. En 1992, la participation de Nelson Mandela aux Jeux olympiques de Barcelone symbolisait la sortie de l'Afrique du Sud de l'apartheid. À la fin des années 90 et au début des années 2000, les Croates se sont réunis pour encourager le champion de Wimbledon Goran Ivanišević et la star du basket Tony Kukoč ; et les Biélorusses d'aujourd'hui peuvent être fiers de la biathlète Darya Domracheva et de la star du tennis Viktoria Azarenka.

Enfin, les événements sportifs internationaux offrent également des opportunités uniques pour l'édification patriotique d'une nation dans les pays avec des divisions internes. Par exemple, des chercheurs ont découvert que la qualification pour la Coupe d'Afrique des Nations et la Coupe du monde de football réduisait considérablement les conflits ethniques dans les pays d'Afrique subsaharienne, car la participation offre aux citoyens une expérience partagée et réduit la méfiance entre les groupes ethniques.

Certes, alors que le Comité international olympique reconnaît 206 comités olympiques nationaux, seuls 14 pays représentent près de la moitié des 11 326 athlètes participant aux Jeux de Tokyo. Ces 14 pays font tous partie de l'OCDE, à l'exception de la Chine et de la Russie, qui ont les deuxième et onzième PIB mondiaux. Sans surprise, les mêmes 14 pays dominent le décompte des médailles et le cycle de l'actualité.

Néanmoins, les Jeux comptent beaucoup pour les 192 autres pays dont on entend peu parler. Pour ces pays plus petits, plus récents ou plus pauvres, les Jeux olympiques ne visent pas à gagner le plus de médailles ou à revendiquer le statut de superpuissance. Il s'agit plutôt simplement de partager l'expérience de la participation. Les Jeux offrent une validation et une unité nationales, et donc une chance de construire une stabilité économique et politique.

Les 52 Jeux qui ont eu lieu depuis que Pierre de Coubertin a fondé les Jeux olympiques modernes ont produit de nombreuses conséquences indésirables. Mais ils se sont également avérés être une force positive dans de nombreux pays, en particulier ceux qui semblent les moins importants en termes de médailles et de pouvoir géopolitique.

*Professeure à la Kellogg School of Management de la Northwestern University et directrice fondatrice du China Econ Lab et du China Lab de Northwestern.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X