Madagascar: Région Vatovavy - L'optimisme est de mise

Le processus de création de Vatovavy en tant que vingt-troisième région de Madagascar, a franchi une étape décisive. Le projet de loi entérinant la scission de la région Vatovavy-Fitovinany a déjà été adopté au niveau du Conseil des ministres et a reçu le feu vert des deux Chambres du Parlement.

Dans le projet de loi, le Vatovavy Fitovinany sera divisé en deux régions distinctes avec trois districts pour chacune. Le Vatovavy deviendra la vingt-troisième région de Madagascar avec Mananjary, comme futur chef-lieu.

Pour rappel, lors de ses échanges avec les notables et chefs coutumiers de la région, dans le cadre de la consultation populaire concernant le découpage territorial, le chef de l'État a laissé entendre que le consensus a décidé que seront intégrés dans la région Vatovavy les districts de Mananjary, Nosy Varika et Ifanadiana. Fitovinany regroupera, pour sa part, les districts de Manakara, Vohipeno et Ikongo.

Le projet de création d'une nouvelle région est entré dans sa phase d'aboutissement quand l'Exécutif a adopté le projet de loi portant « création d'une vingt-troisième région à Madagascar qui modifie l'annexe 01 de la loi n°2014-020 du 27 septembre 2014, modifiée et complétée par la loi 2018-011 du 11 juillet 2018, concernant les ressources des collectivités territoriales décentralisées, aux modalités d'élection, ainsi qu'à l'organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes ».

Le mois dernier, la Salle des commissions du Sénat a accueilli des échanges préliminaires sur le sujet. La réunion a été conduite par le vice-président de cette institution, Nicolas Rabemananjara. Les élus, les cadres, les opérateurs économiques, les représentants des associations des femmes et des jeunes, et d'autres personnalités originaires du Vatovavy y ont pris part. L'optimisme était au rendez-vous lors de cette rencontre où l'accent était mis sur la nécessaire solidarité entre les filles et fils de la région.

Faiblesses et atouts

Si l'on se tient à la configuration retenue, la région Vatovavy comptera une soixantaine de communes. Elle s'étend sur une superficie de 13 069 km2. Les routes constituent pour la région les principales voies d'acheminement des produits, tout en étant les principales voies de communication reliant les différentes contrées aux agglomérations plus importantes.

Le réseau es t d'une densité assez faible et est constitué en partie d'infrastructures qui ne sont praticables que saisonnièrement. Le canal des Pangalanes est navigable par de petites et moyennes embarcations. Il est utilisé depuis sa création par les populations locales pour le transport et le déplacement le long du littoral.

Mananjary dispose d'un terrain d'aviation bitumé qui peut accueillir de petits et moyens porteurs. Mais l'aérodrome n'a plus été utilisé de façon régulière depuis des années. La société GS Airlines du groupe Sipromad compte cependant desservir régulièrement cette destination.

En matière de développement, Vatovavy souffre d'un manque de diversification des activités génératrices de richesse malgré l'importance des ressources existantes. À l'heure actuelle, l'agriculture reste la principale activité. Les cultures à petite échelle, basées sur les méthodes traditionnelles, demeurent prédominantes. La culture reste la plus pratiquée, mais les cultures de rente et l'arboriculture fruitière sont toujours présentes, ainsi que les cultures industrielles (canne à sucre et palmier à huile). La région offre une surface cultivable de plus de 500 000 ha.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X