Madagascar: Secteur extractif - Se former en modélisation financière

Madagascar participera aux activités de formation d'apprentissage et d'échange organisé par le centre africain des ressources naturelles. L'objectif est de mettre en place le premier projet de modélisation financière au secteur extractif.

Le Centre africain des ressources naturelles (ANRC), structure chapeautée par la Banque africaine de développement (BAD), a lancé le premier projet de modélisation financière du secteur extractif (FIMES) pour stimuler la mobilisation des ressources intérieures dans les pays africains dits en transition. Madagascar figure dans cette liste de pays bénéficiaires de cette initiative aux côtés d'autres nations comme la Guinée, le Libéria ou encore le Zimbabwe.

À travers ce projet financé par le mécanisme de soutien transitoire de la BAD, vingt responsables politiques de chaque pays membre participeront aux activités de formation, d'apprentissage et d'échange de connaissances en tant que bénéficiaires nationaux directs sélectionnés par le Centre africain des ressources naturelles. Ce dernier qui affirme accorder une importance particulière à ce projet de modélisation financière pour le secteur extractif visant à renforcer la mobilisation des ressources nationales, les capacités institutionnelles et la résilience économique dans les pays dits en transition.

Le projet multinational financé par la Facilité d'appui à la transition de la Banque, pour améliorer les capacités de modélisation financière et de résilience économique des pays cibles, a tenu une réunion dans ce sens au début de ce mois. Au cours de cette rencontre, Seydou Coulibaly, chef de projet FIMES, a noté que le projet est une première du genre pour le continent africain. Plusieurs responsables politiques dans chaque pays membre régional participeront à ce programme d'apprentissage et de partage de connaissances en tant que bénéficiaires nationaux directs - au moins 40 % des bénéficiaires étant des femmes.

Un consortium engagé

À savoir que la réunion a été précédée d'un atelier de lancement qui s'est tenu en novembre 2020, et qui a ouvert la voie à la sélection finale des bénéficiaires nationaux, au développement d'un centre de connaissances virtuel et au déploiement des cours en ligne préliminaires. Le Virtual Knowledge Hub, l'appellation donnée à la plateforme, soutiendra l'apprentissage et le transfert de connaissances entre les bénéficiaires en vue d'une mise à l'échelle rapide de leurs capacités de modélisation financière.

La BAD a, pour sa part, a engagé un consortium pour dispenser les modules de formation FIMES. Les représentants du consortium de la Fondation pour les Études et Recherches sur le Développement International (FERDI) et du Centre d'investissement durable de l'Université Columbia, ont déjà eu l'occasion de présenter les tenants et aboutissants de la formation qui sera centrée sur la modélisation des rentes minières et pétrolières, les politiques fiscales et la modélisation financière pour les projets extractifs.

D'autres domaines de la formation seront le partage des loyers entre les gouvernements et les entreprises extractives, et les questions politiques émergentes telles que la transition à faible émission de carbone sur les revenus des projets miniers et pétroliers. La formation permettra aux participants d'apprendre à leur propre rythme et à leur convenance.

« Le projet FIMES est pertinent et opportun pour stimuler la mobilisation des ressources nationales dans les pays bénéficiaires, à la lumière des pressions sur les recettes publiques dues à la pandémie de Covid-19 », a déclaré Vanessa Ushie, responsable de la Division de l'analyse des politiques de l'ANRC.

Pour rappel, c'est en janvier 2020 que la Banque africaine de développement a annoncé avoir alloué une subvention de 1,2 million d'euros pour fournir une formation afin d'aider les pays riches en ressources à améliorer leurs revenus miniers. C'est le Complexe de développement régional, d'intégration et de prestation des services de la Banque qui a approuvé ce premier don au profit du FIMES. Le projet sera mis en œuvre dans les pays africains en transition de 2020 à 2022.

À savoir enfin que le projet FIMES s'est inspiré de la stratégie de la BAD pour lutter contre la fragilité et renforcer la résilience, son cadre stratégique et son plan d'action de gouvernance et sa stratégie de développement humain. Plus largement, l'initiative FIMES soutient la mise en œuvre des plans de développement des ressources naturelles des pays africains. Il contribuera en outre à la réalisation des High 5 de la Banque, de l'Agenda 2063 de l'Union africaine et des Objectifs de développement durable des Nations Unies en stimulant la mobilisation des ressources nationales du secteur des ressources naturelles de l'Afrique.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X