Afrique: Santé publique - Un appel au dépistage des hépatites virales

Le directeur du Programme national de lutte contre les hépatites virales, le Dr Arnaud Mongo Onkouo, a exhorté le 28 juillet, le personnel soignant à prendre en charge les femmes enceintes afin de lutter contre les infections des hépatites virales. C'était à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les hépatites virales, célébrée à travers le thème « l'Hépatite ne peut pas attendre ».

Cette journée a été couplée à la commémoration de la date de naissance du chercheur qui a découvert le virus de l'hépatite B, le Dr Baruch Blemberg qui a également mis au point le vaccin contre cette maladie.

Au niveau national, la journée avait pour thème « un avenir sans hépatite ». « Le vrai combat contre les hépatites doit commencer dès la naissance en vaccinant tout le monde et en procédant au dépistage des femmes enceintes afin de réduire plus de la moitié d'incidence du cancer de foie dû aux hépatite B », a déclaré le Dr Arnaud Mongo Onkouo, ajoutant que « l'hépatite virale n'est pas seulement l'affaire des gastro-entérologue, car le gouvernement a mis en place un programme permettant au pays de rassembler toutes les disciplines qui s'occupent de la maladie ».

Les hépatites B et C se transmettent par la voie sexuelle, de la mère à l'enfant, et par les objets souillés. La différence entre l'hépatite B et le VIH est que l'hépatite B est évitable par la vaccination. « Le patient de l'hépatite B peut se faire contrôler une fois dépisté positif et suivre son traitement afin de réduire sa charge virale. Toutefois, l'hépatite C est curable avec un traitement de trois mois de plus de quatre cent-cinquante mille francs CFA », a indiqué le Dr Arnaud Mongo Onkouo.

Il a souligné l'existence de deux groupes des hépatites virales : alphabétique et non alphabétique, ajoutant que les hépatites qui les préoccupent sont les hépatites B, C et D dont les infections conduisent à la chronicité qui occasionne la cirrhose de foie et le cancer.

Il a en outre souhaité que les autorités mettent en place une politique nationale permettant de mener une enquête en vue d'avoir les statistiques réelles sur les infections des hépatites virales au Congo.

Notons que la journée internationale de lutte contre les hépatites virales a été marquée par plusieurs communications.

Le Dr Atipo Ibara Ollandzobo Ikobo Lucie a présenté le thème portant sur « l'efficacité de la vaccination contre l'hépatite virale B chez l'enfant à Brazzaville ». L'oratrice a révélé que le taux de couverture vaccinale globale contre l'hépatite virale B des enfants à Brazzaville était de 96 %. Le vaccin pentavalent à deux mois était administré dans 97,7% des 85 %.

« La couverture vaccinale globale bien que satisfaisante à Brazzaville, est encore insuffisante à raison de la méconnaissance de la maladie, de la vaccination des parents, le pentavalent est efficace à des taux d'immunisation moindre que le monovalent, ce qui expose les enfants avec l'âge de deux mois », a-t-elle conclu.

Interrogée à propos de cette journée, la présidente de la région 25 Brazzaville de Lions Club, Amelie Liliane Mouambondzi a justifié sa présence dans le cadre de la sensibilisation. Les Lions Clubs prendront le relais à travers la sensibilisation de la population, des confessions religieuses, etc.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X