Congo-Brazzaville: Dette intérieure - Près de 600 entreprises non enregistrées

Le Collectif des opérateurs économiques du Congo (Copéco) a dénoncé le 30 juillet à Brazzaville, lors d'une réunion, l'absence de près de 600 entreprises sur les listes de la deuxième phase de l'audit des arriérés commerciaux de la période 2003-2013 et 2017-2018 publiée récemment par le ministère des Finances.

« Nous avons constaté qu'il y a près de 600 entreprises qui ne se sont retrouvées nulle part c'est-à-dire ni dans la liste des validés, ni dans celle des non-validés. Cette situation préoccupe notre patronat », a déploré le président du Copéco, Roger Obesse.

Outre cette problématique, la question de la décote a également été au cœur des échanges des membres dudit collectif. Autrefois à 35% et considérée comme élevée, la décote devrait être revue à la baisse ou annulée. Selon Roger Obesse, la hausse de la décote défavorise l'ensemble des opérateurs économiques qui ont d'autres charges à gérer, notamment les charges sociales, fiscales, celles dues aux banques et aux bailleurs de fonds.

Le Copéco a dans le même élan réclamé le paiement de la totalité des créances auditées afin de permettre aux entreprises de reprendre les activités en vue de relancer l'économie nationale.

S'agissant de la période de réclamation de quinze jours à la Caisse congolaise d'amortissement accordée aux créanciers dans le cadre des résultats de l'audit de la dette commerciale récemment publiés, le collectif demande au gouvernement que la date de ces réclamations soit avancée de 10 jours pour permettre aux entreprises de venir faire des requêtes en présentant des justificatifs par rapport aux dossiers manquant ainsi qu'au motif de rejet.

Quant à la période 2014-2016 déjà clôturée et dont le ministère des Finances, du Budget et du Portefeuille public soulignait que l'audit ne ferait l'objet d'aucune réclamation, le collectif a demandé une indulgence. « Le Copéco a demandé aux créanciers qui ont des situations des dossiers qui ne se retrouvent nulle part, à savoir ni dans les listes des validés comme dans celles dès non-validés de se rapprocher du bureau dudit collectif afin de faire un recensement général en vue de présenter cette situation jugée préoccupante pour notre syndicat auprès du ministère des Finances », a signifié Roger Obesse.

Au terme de la rencontre, le collectif a demandé la prise en compte par le gouvernement des entreprises ayant presté en période Covid-19. La question sur les créances 2021 actuellement en instance de paiement au Trésor a également été évoquée. « Nous demandons un dialogue avec le ministère des Finances pour que celui-ci se rapproche des syndicats afin de trouver des solutions adéquates en faveur des créanciers », a déclaré le président du Copéco, Roger Obesse.

Notons que la réunion des membres du Collectif des opérateurs économiques du Congo visait à échanger sur la publication des résultats de l'audit publiés par le ministère des Finances dans le but de trouver des stratégies pour faire face aux différentes situations auxquelles sont confrontés ces derniers. Ils ont, à cet effet, invité le ministère des Finances a un dialogue permanent avec le patronat pour une prise de décision équilibrée.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X