Congo-Kinshasa: OrthogrAfrique - Trois nouvelles éditions bientôt disponibles sur le marché

Lancé en décembre 2017 dans sa première version dédiée à la culture générale de la RDC, le premier jeu de société africain moderne inventé par Olivier Kayomo élargi son spectre à d'autres nouveaux sujets : Non à la violence faite à la femme, Les noirs dans l'histoire de France et Province du Lualaba.

Pour pouvoir jouer à l'édition spéciale consacrée aux militantes d'ascendance africaine, les pionnières dans les luttes en faveur d'un mieux-être dans les domaines « politique, social, environnemental, artistique, etc. », il faut avoir au moins 14 ans, précise Olivier Kayomo. Et, cette version d'OrthogrAfrique qui dit « Non à la violence faite aux femmes » peut se jouer déjà à deux mais quatre autres joueurs peuvent s'ajouter à la table sans problème. L'âge (à partir de 9 ans) et le nombre des joueurs (deux à quatre) sont la grande exception de cette édition alors que toutes les autres sont déjà à la portée des enfants de quatrième primaire en RDC.

L'édition spéciale centrée sur Les Noirs dans l'histoire de la France met en lumière des personnages qui ne sont pas repris dans les manuels scolaires et autres livres d'histoire. En effet, avec cet OrthogrAfrique qui fait un focus sur eux, « les grandes figures marquantes noires qui ont contribué à écrire l'histoire de France » ne seront plus méconnues. Déjà à partir de neuf ans, l'on peut apprendre à connaître ces gens « qui sont quelque peu "oubliés" ». Elles le méritent bien en reconnaissance de leur bravoure.

Avec l'OrthogrAfrique sur la province du Lualaba, Olivier Kayomo ramène les joueurs, deux à quatre, c'est selon qu'on veut, en RDC, son pays natal. Cette contrée au sud de la RDC est issue du démembrement de l'ancienne province du Katanga en 2015. L'immersion que propose le jeu permet la découverte de cette région riche en métaux non ferreux, à l'instar du cuivre, le cobalt, le manganèse, l'or et l'étain. Mais elle regorge aussi de matériaux industriels, notamment le calcaire, le quartzite et le granite. Et l'exploitation des différents gisements constitue la principale activité économique de la province qui a pour chef-lieu Kolwezi.

Jeu panafricain

En plus de ces trois prochaines éditions à découvrir bientôt, le premier jeu de société africain moderne ne cache pas son ambition panafricaine. Si charité bien ordonnée commence par soi-même, Olivier Kayomo entend cependant élargir progressivement son offre à l'ensemble du continent. C'est finalement une palette variée qu'il propose à tout le monde de découvrir quitte à booster sa culture générale. Un jeu didactique qui reste ludique et peut facilement devenir, comme l'a souligné son concepteur, « un incitant touristique » et il n'a pas tort ! Aussi, dans les autres éditions à venir, il va nous suggérer de mettre le cap sur d'autres destinations intéressantes, pays ou provinces. Les Kinois, les Sénégalais, les Congolais de Brazzaville et les Ivoiriens auront de quoi tester leurs connaissances et leurs diasporas respectives s'engager dans un périple qui a tout pour plaire.

Pour rappel, OrthogrAfrique fait figure de pionnier dans son genre car il est le premier jeu de société africain moderne. « Ce fruit d'intelligence congolaise permet aux joueurs de 9 à 99 ans de connaître les grandes lignes de la géographie, les figures marquantes de l'histoire et l'essentiel de la culture générale d'un pays africain à la fois, afin de dynamiser son économie par le jeu », a soutenu Olivier Kayomo. Chaque coffret de jeu est composé d'un mode d'emploi, d'un terrain de jeu, de 180 à 260 cartes devinettes, de 250 billets de banque (OrthograFrancs), d'un livret d'épargne et d'un corrigé qui permet de connaître la réponse exacte. Ce qui n'est pas toujours évident les premières fois !

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X