Guinée Equatoriale: Libération des six militaires français retenus dans un aéroport

31 Juillet 2021

Les six militaires français retenus depuis mercredi à l'aéroport de Bata, la capitale économique de Guinée équatoriale, où ils avaient posé leur hélicoptère pour se ravitailler en carburant, ont été autorisés à quitter le territoire vendredi soir, a indiqué à l'AFP l'armée française.

« L'hélicoptère qui était bloqué à Bata vient d'atterrir à Libreville », la capitale du Gabon voisin, a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major des Armées, le colonel Pascal Ianni. « Les six militaires se sont posés vendredi à 22H00 (21H00 GMT) avec leur hélicoptère », a assuré une source militaire française.

Les six militaires s'étaient posés mercredi à Bata, car leur hélicoptère « n'avait plus de pétrole », selon le colonel Pascal Ianni. « On se retrouve face à un incident tel qu'on en a déjà connu. Ils retiennent l'hélicoptère et l'équipage », avait-il poursuivi.

Selon le ministère de l'Aviation civile de Guinée équatoriale, cité jeudi par l'agence officielle, « cet hélicoptère n'avait pas de permis ni d'autorisation pour survoler l'espace aérien équato-guinéen et bien moins pour atterrir à l'aéroport de Bata ». Le ministère avait dénoncé une « violation grave des normes internationales de l'aéronautique, une provocation directe et une attaque contre la sécurité nationale ».

Les militaires français ont été entendus au commissariat central de Bata, avait affirmé mercredi soir la radio d'Etat équato-guinéenne TVGE.

L'hélicoptère qui avait été bloqué, de type Fennec, non armé, effectuait une liaison logistique entre Douala, capitale économique du Cameroun, et Libreville, capitale du Gabon, qui abrite la base militaire des Eléments français dans ce pays.

Cet incident coïncide avec une décision mercredi de la justice française condamnant définitivement dans un volet de l'affaire des « biens mal acquis » le vice-président Teodoro Nguema Obiang Mangue, surnommé Teodorin, 52 ans, fils du président Teodoro Obiang Nguema, qui dirige d'une main de fer depuis 42 ans ce pays d'Afrique centrale. Les autorités équato-guinéennes ont dénoncé une décision « partiale et discriminatoire » et une « farce judiciaire ».

Lundi, la Guinée équatoriale avait annoncé la fermeture de son ambassade à Londres après des sanctions, considérées par Malabo comme « illégales », imposées pour des faits de corruption par le Royaume-Uni contre M. Obiang.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X