Kenya: Foot - Cinq arbitres kényans suspendus, accusés d'avoir truqué des matches

31 Juillet 2021

Cinq arbitres de football de première division kényane ont été suspendus provisoirement en raison d'accusations de matches truqués et de manipulation de résultats du championnat local de première division, a annoncé la fédération samedi.

Selon la Fédération kényane de football (FKF), cette décision a été prise pour préserver l'intégrité des compétitions, remises en cause par une enquête de grande ampleur lancée après l'exclusion à vie par la Fifa en février 2020 de quatre joueurs ayant participé à « une conspiration internationale pour truquer des matches ».

Deux des arbitres suspendus samedi, Raymond Onyango et Isaac Memusi, ont été retirés de la liste des arbitres de la Fifa au début de la saison après avoir échoué aux tests physiques.

« Le département d'éthique de la fédération, avec l'assistance de la Fifa, a entamé des investigations préliminaires contre ces individus afin d'établir leur implication, s'il y en a une, dans ces manipulations de matches », a déclaré le secrétaire général de la FKF Barry Otieno dans un communiqué.

En mai, la Fifa avait annoncé la relégation de première division nationale du Zoo Kericho, club majeur du football kényan impliqué dans des matches truqués.

Barry Otieno a précisé que la fédération restait confiante dans l'intégrité de la Premier League kényane.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X