Sénégal: Covid-19 - Au Sénégal, Dakar reporte tous les combats de lutte sénégalaise

Le gouverneur de la capitale sénégalaise a décidé de reporter tous les combats prévus pour les quelques semaines à venir, voire même plus pour cause de résurgence du Covid-19. Une décision qui reste en travers la gorge des lutteurs, qui risquent de subir encore une année blanche après une année 2020 sans combats.

Il y aura peut être encore une année sans combat à Dakar. La lutte sénégalaise subit de plein fouet la 3e vague de Covid-19.

Les promoteurs, après concertation avec le gouverneur de la région de Dakar sont obligés d'accepter sa décision de reporter les affiches déjà ficelées à ultérieurement. « Nous sommes des Sénégalais, et aujourd'hui, il y a beaucoup de malades, donc si l'autorité prend cette décision, nous ne pouvons que nous conformer à cela, admet Pape Abdou Fall président des promoteurs de lutte avec frappe. Nous prions à tous les sénégalais d'aller se faire vacciner, afin que d'ici un à deux mois, nous pourrons continuer nos événements, malgré les difficultés financières que nous rencontrons. »

Protocole sanitaire

Une décision certes salutaire, pour tenter de préserver la santé des amateurs de lutte, mais qui pouvait être évité selon Malick Thiandoum journaliste chroniqueur de lutte : « Il pouvait y avoir quand même une organisation de ces manifestations, tout en mettant en place un protocole sanitaire rigoureux. malheureusement, les promoteurs n'ont pas voulu organiser à huis-clos ou avec des stades à moitié vide. cela a beaucoup précipité cette décision.»

Joint au téléphone le lutteur «gris bordeaux», secrétaire général de l'association des lutteurs en activité, s'offusque de cette décision prise sans concertation avec les véritables acteurs de ce sports que sont les lutteurs. Beaucoup d'entre eux ont engagé des dépenses énormes qui ne seront surement pas remboursé.

Et pour l'heure aucune date n'a été retenue pour la reprise des combats de lutte avec frappe, un sport qui, au-delà des lutteurs et des promoteurs, est une véritable source de revenu notamment pour le petit commerce.

► À lire aussi : «Au Sénégal, la lutte est un facteur de développement»

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X