Tunisie: La stratégie d'Ennahdha entre appel au dialogue et pression médiatique

Six jours après la décision du président Kaïs Saïed de limoger le chef du gouvernement et de suspendre le travail du Parlement, la première formation politique du pays, Ennahdha, appelle à un dialogue national mais tente aussi de faire pression, via une campagne médiatique, pour que le président revienne sur ses décisions.

Avec notre correspondante à Tunis, Lilia Blaise

Au siège du parti islamo-conservateur, Ennahdha, le calme règne ce jeudi 29 juillet, malgré les chambardements des derniers jours. Ali Larrayedh est le vice-président du parti et l'ancien chef du gouvernement en 2013, durant une crise politique aigüe qui l'avait poussé à démissionner du gouvernement. Il revient sur les échecs d'Ennahdha, qui cristallise aujourd'hui le mécontentement populaire...

« Je reconnais que nous avons donné beaucoup plus de priorité à la politique, à la démocratie je veux dire et à la liberté, admet-il, et nous n'avons pas beaucoup travaillé sur les questions économiques et sociales. il y a eu beaucoup de lutte, beaucoup de problèmes. »

« Revenir au vote »

La ligne officielle est le dialogue, mais le ton monte actuellement face au manque de réponse. « Nous actualisons notre stratégie toujours et nous ne sommes pas tout seul, poursuit Ali Larrayedh. Plus les jours passent, plus il y a des gens qui vont dire oui à la Constitution, oui la démocratie, oui à la liberté, non à l'accumulation de tous les pouvoirs. »

Chez les jeunes du parti, Maha Somrani, 27 ans défend plutôt des élections anticipées : « Nous sommes arrivés au Parlement avec notre majorité, via les urnes, donc pour nous, ce serait naturel de revenir au vote, cela permettrait à tout le monde de s'exprimer via la démocratie d'une élection »

Dans un média italien, Rached Ghannouchi, le leader du parti, a prévenu d'un chaos et de 500 000 migrants Tunisiens débarquant sur les côtes italiennes, selon ses mots, si le Président ne revenait pas sur ses décisions. Une stratégie d'apaisement qui commence à s'effriter.

► À lire aussi : Crise politique en Tunisie: le parti Ennahdha prêt à des élections anticipées

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X