Tunisie: Lancement du programme «Ahmini assurances» le 1er septembre prochain - Pour une meilleure couverture sociale des ouvrières agricoles

1 Août 2021

L'entrée en vigueur du programme «A7mini assurances», prévue dans un mois, soit le 1er septembre 2021, va bouleverser la donne et améliorer la condition des ouvrières agricoles.

Les conditions de travail précaires des ouvrières agricoles, qu'on constate ces dernières années, ont nécessité de bousculer certaines choses. Des personnes et des sociétés bien intentionnées œuvrent en vue d'améliorer ce sombre tableau. L'assureur Ahmini fait partie de ceux-là puisque Maher Khelifi, bâtisseur du projet à visée sociale, en a fait son cheval de bataille.

Le point épineux reste le transport des agricultrices vers les champs dans des conditions déplorables. Comme on l'a décrit il y a deux mois dans nos colonnes sous ce lien : https://lapresse.tn/98380/situation-precaire-des-ouvrieres-agricoles-entassees-comme-du-betail/, elles sont entassées comme du bétail par groupe de sept ou huit, sans qu'elles ne soient conscientes du danger. M. Khelifi, qui rassure son monde en affirmant qu'il n'y a pas de drame relevé au moins depuis deux mois, demeure optimiste quant à l'amélioration des conditions de transport vers les champs des ouvrières agricoles.

Il s'exprime à La Presse avec des propos optimistes : «Il y a un réel changement des mentalités qui s'opère auprès d'elles, si bien qu'elles sont de plus en plus nombreuses à adhérer au projet Ahmini. Pour ne pas cacher notre ambition, on vise, à long terme, l'intégration de 800.000 ouvrières agricoles à l'ensemble des produits Ahmini anciens et nouveaux».

Pour rappel, M Khelifi a obtenu un agrément qui va permettre au programme dénommé d'entrer en vigueur le 1er septembre 2021. Il développe : «C'est un projet d'assurance digitale qui va englober à la fois les femmes rurales, les enfants et les hommes d'affaires qui désirent cotiser pour les ouvrières agricoles, à travers des parrainages ou autrement». «A7mini assurances» est un projet complémentaire qui va octroyer une assurance technique de la part de la Banque mondiale, apprend-on.

Désormais, une ouvrière agricole qui a subi des dommages corporels aura droit à une indemnisation et disposera, à travers ce projet, d'une allocation allant jusqu'à dix-huit mois de salaire en réparation du préjudice subi.

Les trois volets que sont les accidents du travail, de la route et l'invalidité sont assurés par la société d'assurances privée qui a recensé plus de 400 femmes rurales classées invalides depuis quatre ans.

Au niveau des régions ciblées et prioritaires pour bénéficier du programme, il évoque principalement les gouvernorats de Sidi Bouzid, Kasserine et Jendouba même s'il ambitionne de le généraliser sur tout le territoire . L'intégration des chauffeurs souvent issus de la même famille que les ouvrières agricoles qu'ils embarquent est un élément qu'il faut prendre en considération pour rectifier le tir, selon l'expert assureur.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X