Madagascar: Mines - Le port d'Ehoala exportera le graphite produit par BlackEarth Minerals

Le port d'Ehoala, mis en service en 2009, était initialement destiné à exporter par bateaux les produits de QMM et de la plateforme industrielle d'Ehoala.

Après des années d'exploitation, le port a commencé à s'ouvrir à d'autres activités comme l'accueil de paquebots touristiques depuis 2014. Son organe de tutelle, l'Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) a récemment émis sa volonté de développer les activités du port d'Ehoala vers les opérations de cabotage national afin d'accueillir des navires malgaches. Cette extension d'activités devrait également permettre au port d'Ehoala de tarifer ses recettes en ariary, projet actuellement à l'étude.

Mais en attendant la mise en application de ces projets, ce plus grand port de la partie sud de la Grande île a continué à prospecter de nouveaux clients, notamment auprès des industriels miniers dans cette région. Ainsi, la société BlackEarth Minerals, qui exploite le graphite dans les gisements de Maniry, vient de déclarer qu'elle fera transiter ses produits par le port d'Ehoala pour l'exportation.

BlackEarth Minerals a confirmé la semaine dernière avoir sécurisé l'accès au port de Madagascar pour exporter le concentré de graphite provenant de son site d'extraction.

Le port d'Ehoala a également confirmé que BlackEarth a signé un contrat pour exporter initialement jusqu'à 30.000 tonnes de concentré de graphite. Ce contrat contient une disposition pour augmenter ce volume au fil du temps pour répondre à ses plans d'expansion dans une seconde étape.

Au moins dix ans

Ehoala fournira ainsi tous les services de chargement de navires et les services conformes aux normes de sécurité établies par sa maison mère, le groupe Rio Tinto, actuellement appliqués pour faire fonctionner le port.

«Il s'agit d'une réalisation très importante pour l'équipe de BlackEarth et d'une étape importante dans le développement de nos opérations minières de Maniry avec un produit en croissance exponentielle dans le sud de Madagascar. Avoir accès à des infrastructures de classe mondiale est essentiel pour toute exploitation minière, dans n'importe quelle partie du monde, et cela nous permet actuellement d'aller de l'avant avec certitude. Le port d'Ehoala fournit un avantage stratégique à notre projet de développement de l'usine de graphite en paillettes de Maniry», a déclaré Tom Revy, directeur général de BlackEarth Minerals.

L'exploitation de la phase 1 de production, à 41 millions de dollars à Maniry, produira environ 30 000 tonnes de graphite par an. Le développement de la phase 2 nécessitera un investissement supplémentaire de 29 millions de dollars pour augmenter la production à 60.000 tonnes par an, à partir de la quatrième année d'exploitation.

Le projet de Maniry devrait avoir une durée de vie d'environ dix ans, et est estimé avoir une valeur actuelle nette avant impôts de 103 millions de dollars et un taux de rendement interne de 42%. Ce qui signifie que le port d'Ehoala sera principalement mis à contribution par BlackEarth Minerals durant au moins dix ans..

Le port d'Ehoala, qui n'a pas connu une suspension d'activités durant la crise sanitaire de 2020, sera également sollicité pour la mise en œuvre de la construction d'infrastructures d'éolienne et de parc solaire qui alimenteront les sites de QMM. Ces travaux devront démarrer vers le troisième trimestre de 2021. Ces travaux nécessiteront des va-et-vient de navires industriels pour la logistiques et le transport d'éléments spécifiques à ce projet.

Le port d'Ehoala aura ainsi une bonne visibilité commerciale pour les dix années à venir. Il faut en effet rappeler que le gouvernement est en train d'accélérer la remise en état des routes nationales qui entourent la région Anosy, l'une vers le centre-sud, et l'autre vers le sud-est de la Grande île. Le port a enregistré quatre touchées de navires internationaux en mars 2021, contre 21 pour le port de Toamasina (données APMF).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X