Congo-Kinshasa: Non à une Cenco «politisée» !

«L'église au milieu du village», cette affirmation n'était pas un slogan mais une réalité bien vécue dans notre pays, il y a des années. Cependant, le principe peine aujourd'hui à se consolider à cause du comportement qu'affichent certains princes de l'église catholique romaine, membres influents de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO).

Leurs prises de position partisanes ont fini par ébranler la cohésion des chrétiens catholiques. A la place, quelques prêtres misant sur leur position socialement élevée ont porté des coups à la solidarité des catholiques et entamé ainsi l'unité qui existait au sein de l'église, provoquant des frustrations et déception chez nombre de fidèles.

Si certains n'ont pas le courage de l'exprimer sur la place publique, lorsqu'on les approche en privé, on se rend vite compte qu'il y a de sérieux remous au sein de l'église catholique de la République Démocratique du Congo.

Des prises de position trop partisanes à des fins politiques et de manière répétitive - qui ne reflètent en rien la volonté du peuple de Dieu - auxquelles lesdits prélats catholiques s'adonnent, sans le moindre souci de se référer à la «base» dont ils prétendent défendre les intérêts, ont fini par mettre à mal l'unité des chrétiens catholiques. Encore faut-il qu'ils prouvent aux Congolais qu'ils défendent réellement leur cause lorsqu'on sait comment les responsables des écoles conventionnées catholiques ont combattu avec acharnement la gratuité de l'enseignement de base, un programme pourtant pro pauvres !

A ce jour, certains fidèles, qui préfèrent s'exprimer hors micros et caméras n'hésitent pas à pointer un doigt accusateur sur le trio des dirigeants de la CENCO, qui donnent l'impression depuis quelque temps, d'avoir pris en otage ou privatisé l'église, alors que certains parmi eux pèchent par le défaut de qualité d'engager toute l'église catholique de la RDC. Ils font fi des limites de leur compétence territoriale.

CENCO : nécessité de mettre en place un nouveau leadership

A l'allure où vont les choses, notent des analystes, il y a urgence de mettre en place, le plus rapidement possible, une nouvelle équipe des dirigeants à la tête de la CENCO, si on veut sauver l'unité de l'église du Congo aujourd'hui fort menacée.

D'ailleurs, on fait observer que l'équipe en place à la CENCO va de glissement en glissement. Depuis que l'évêque de Tshumba, Mgr Nicolas Djomo, avait quitté la présidence de la CENCO, après avoir épuisé son dernier mandat, il n'y a plus d'alternance. Les élections qu'on a toujours organisées à la fin du mandat des dirigeants en place afin de choisir de nouveaux, ne se tiennent plus. Ceux qui sont en place se sont transformés en véritables monarques.

Qui bloque alors la machine ? Pourquoi n'y a-t-il plus d'alternance ?

Ces questions sans réponse poussent les observateurs à conclure à un agenda caché de ceux qui nourriraient des projets louches et compromettants pour l'avenir du pays. Cela peut être constaté par une sorte de camouflage qui règne au sein de l'église, notamment après les élections de décembre 2018. L'assemblée générale de tous les évêques qui se tenait deux fois l'an, où les débats étaient menés sur tous les sujets de la vie nationale sans tabou, semble avoir changé de format. Tout serait fait pour éviter que de tels débats aient lieu pour ne pas interpeller ceux qui misent sur leur position pour réaliser des agendas cachés.

Il est temps que les princes de l'église se ressaisissent afin de préserver les acquis traditionnels et éviter des situations malencontreuses, susceptibles de jouer contre l'unité des chrétiens. Dom

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X