Congo-Kinshasa: La mise au point de la Cenco et de l'ECC sur les attaques contre l'Église et la Céni

En RDC, l'Église catholique condamne les attaques dont elle fait l'objet. Il y a depuis avril des profanations de lieux appartenant à l'Eglise catholique au Kasaï-Oriental, mais depuis ce dimanche 1er août, ces attaques prennent une tournure plus politique encore avec des attaques contre l'archevêché à Kinshasa et la résidence du cardinal Ambongo, en pleine polémique sur la désignation du président de la Céni. Lors d'un point de presse, la Cenco catholique et l'ECC protestante en ont profité pour faire une mise au point sur la polémique avec six des autres confessions autour de la désignation du président de la Céni.

Six confessions religieuses, sur huit officiellement reconnues, ont déposé le nom de leur candidat, Denis Kadima, sans l'accord des églises catholique et protestant qui ont la présidence de la plateforme des confessions. « Même si la majorité s'exprime, si ça se fait dans un cadre illégal, ça reste illégal », assure le révérend Eric Nsenga, le numéro 2 de l'ECC. Pour lui, c'est illégal à plusieurs titres. Les six confessions ont voté alors que la séance avait été suspendue, le PV ne porte pas la signature du président de la plateforme qui est le seul selon la charte à pouvoir l'engager. Et la nouvelle loi sur la Céni n'habilite que les confessions ayant une expertise et une expérience avérée en matière électorale à désigner ses membres ; ce qui n'est pas le cas de la plupart des confessions.

Menaces et pressions

Le révérend Eric Nsenga et l'abbé Nsholé de la Cenco ont ensuite rappelé que les huit confessions ont signé un communiqué faisant part de menaces et de pressions à leur encontre et que le débat entre les confessions religieuses ne porterait sur la réalité de l'existence de ces témoignages mais se limiterait à savoir si c'est suffisant ou non pour écarter la candidature de Denis Kadima. Quant aux affirmations que la Cenco et l'ECC s'opposeraient à cette candidature parce que Denis Kadima serait kasaïen, l'abbé Nshole rétorque : « Je lance un appel à nos frères kasaïens de ne pas se laisser manipuler par un petit groupe qui n'a pas leur intérêt à cœur ».

Le secrétaire général de la Cenco dit que les débats entre confessions religieuses ont été enregistrés pour éviter ce type d'accusations déjà proférés dans le passé et que si c'était nécessaire, il pourrait mettre les audios à disposition.

Ces gens ont opéré à visage découvert

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X