Sénégal: Covid-19 - Les hôpitaux de Dakar près de la saturation

Macky Sall à l'Hopital des enfants de Diamniadio

Les hôpitaux de Dakar au Sénégal ne parviennent pas à faire face à l'afflux des malades. Il n'y a ainsi plus suffisamment de lits en réanimation.

Plusieurs hôpitaux de Dakar et de Pikine sont débordés et ne parviennent plus à prendre correctement en charge tous les malades de la Covid-19. Le médecin-chef du district de Pikine, le docteur Fatou Diouf Faye, confirme qu'il n'y a plus de réserve de lits en réanimation :

"Oui bien sûr, cette troisième vague est inquiétante, d'autant plus que l'on parle de variant Delta qui est plus sévère. Il y a des médecins et des infirmiers qui sont dédiés à la zone tampon et qui prennent en charge les patients graves. Actuellement, tous les lits sont occupés par des patients sous oxygène en attente de régulation."

Débordés, les hôpitaux et autres structures de santé sont obligés de s'entraider en transférant les patients là où il y a encore de la place, comme l'explique le docteur Fatou Diouf Faye.

"Par rapport à la prise en charge des cas de Covid-19, à chaque fois qu'il nous manque des places, j'appelle les autres structures pour voir s'il y a des lits de libre et elles font de même pour leur prise en charge", explique le médecin-chef du district de Pikine.

Insuffisance de stocks d'oxygène et de respirateurs artificiels

Pour le docteur Papa Samba Dièye, médecin-chef du district sanitaire de Yeumbeul, l'afflux vers les établissements de santé est d'autant plus inquiétant que le profil des patients montre que la maladie désormais n'épargne personne. Les jeunes sont ainsi les plus touchés.

Le médecin note qu'"Aujourd'hui nous voyons essentiellement les jeunes. L'explication, c'est aussi ce variant Delta qui circule à large échelle et qui touche aussi bien les jeunes que les personnes âgées".

C'est donc tout le système de santé du pays qui est mis à épreuve face à la troisième vague de la Covid-19. Pourtant, dès le début de la pandémie, plusieurs médecins ont alerté sur le manque de lits dans les services de réanimation mais également sur les carences en matière de stocks d'oxygène et de respirateurs artificiels.

Un an après pourtant, les hôpitaux sont submergés et le manque d'équipements, mais aussi de personnel formé pour s'en servir, reste la principale difficulté.

Selon les chiffres de l'Africa CDC, le Sénégal enregistre un peu plus de 60.000 cas et un taux d'incidence de 369 pour 100.000 habitants.

Désormais effrayés, beaucoup de Sénégalais font de longues files d'attente pour se faire vacciner.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X