Sénégal: Mbour / Célébration de la journée de l'arbre - Un programme de renouvellement des cailcédrats mis en route

La 38ième journée de l'arbre a été célébrée hier, dimanche, à Mbour dans la sobriété et dans un contexte de pandémie Covid-19 en présence du représentant du gouverneur de Thiès, du chef du service régional des Eaux et Forêts Chasses et du maire de Mbour Fallou Sylla. Des établissements scolaires ont été ciblés pour des visites et des plantations d'arbres. L'arbre parrain de la 38ième édition est le caïlcédrat (Khaya senegalensis) ou acajou du Sénégal plus connu sous le nom de Khay.

Le thème a trait à « La restauration des terres, source d'emplois et de sécurité alimentaire » et s'accompagne du slogan "Restaurons les terres dégradées, renforçons leur productivité". La production de pépinière est une mine d'or car permettant à des privés de créer des emplois. L'année 2020 a vu la production dans la région de Thiès de 850 000 plants dont 65% par des privés. Le chiffe de l'année 2021 est porté à 1200 000 plants En relation avec les collectivités territoriales de Thiès, de Tivaouane et de Mbour, le service régional des Eaux et Forêts compte dérouler un programme de renouvellement des caïlcédrats affectés par l'urbanisation et l'âge.

Le colonel Youssoupha Diouf, inspecteur régional des Eaux et Forêts de Thiès, a expliqué l'importance de la traditionnelle célébration de la Journée de l'arbre, organisée, le 1ier dimanche du mois d'août de chaque année. A l'en croire, la journée internationale dédiée à l'arbre est une occasion pour renforcer l'information et la sensibilisation des populations, autour de l'arbre et de la forêt, surtout de leur utilité, leurs modes de préservation, de conservation et de gestion. Elle offre une opportunité et une occasion de mobiliser tous les acteurs afin d'accompagner le service des Eaux et Forêts et de lancer la campagne annuelle de reboisement dans la région de Thiès.

Selon le colonel Diouf des Eaux et Forêts, le contexte de cette année est marqué par les changements climatiques et la pandémie de Covid-19 et cela incite à la réflexion. Poursuivant son analyse des faits affectant les arbres, il a cité l'urbanisation et la modernité des habitations. Ainsi, ces éléments sont à prendre en compte pour déterminer des mesures de protection de l'arbre car les constructions se font en procédant au dessouchage d'arbres. Souvent, c'est après l'érection des bâtiments que les gens pensent à mettre en place des plantes.

Parlant de la situation spécifique du Khaya senegalensis, l'arbre de cette année, il a évoqué ses besoins énormes en eau. A l'en croire, sa disparition progressive des villes de Mbour, Tivaouane et Thiès s'explique. Si les initiatives de planter des Khays dans les villes sous la période coloniale ont été prises, à un moment où la population n'était pas aussi importante, aujourd'hui, la modernité des habitations à beaucoup impacté sur la présence des arbres et sur le Khaya, selon l'inspecteur régional des Eaux et Forêts qui a fait savoir que « Le Khaya est une essence ayant besoin de beaucoup d'eau et avec le glissement des isohyètes et le vieillissement des arbres, on a assisté à des pertes, des disparitions ». Il a relaté par suite un programme de renouvellement des caïlcédrats avec les maires des dites localités de la région de Thiès car l'environnement est une compétence transférée pour dire, aussi, les arbres dans les communes sont de la responsabilité des collectivités territoriales.

Cette projection entre dans le cadre du programme global de gestion de l'environnement Le colonel Youssoupha Diouf, a fait le point sur le programme de reboisement de la région pour une prévision de plantation de 1 200 000 plants contrairement à l'année 2020 avec 850 000 plants. Il a rappelé que 65% des plants ont été produits par des privés, par conséquent des niches d'emplois.

Par conséquent, le colonel Youssoupha Diouf a rappelé l'importance de diversifier les arbres à planter car les non comestibles ont aussi leur importance. Maurice Latyr Dione, l'adjoint au gouverneur de Thiès chargé des affaires administratives est revenu sur le thème de la journée et les activités menées avec la visite d'établissements scolaires (nouveau Lycée de Mbour et le Cem 7), objet de reboisement. Il y a la plantation symbolique d'arbres effectuée par les autorités présentes. Selon lui, l'arbre a une importance dans la vie de l'individu car il renforce les terres et participe à augmenter la productivité. Il a invité par ailleurs les maires des collectivités territoriales à des politiques pour planter plus d'arbres et les entretenir.

Fallou Sylla, le maire de Mbour, a révélé la batterie de mesures prises pour protéger les caïlcédrats tout le temps perdant leur écorce. Selon lui, la commission Environnement de la commune de Mbour se bat pour y mettre fin mais aussi s'investit pour renouveler les vieilles essences ou celles tombées. Il a fait part de la mise en place de pépinières dans les écoles en relation avec les Eaux et Forêts afin de pouvoir alimenter les gens désireux d'avoir des plants d'arbres fruitiers.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X