Congo-Brazzaville: Sécurité sociale - Mathys Adidjatou à la tête de la Cipres

La ministre du Travail et de la Fonction publique du Bénin, Mathys Adidjatou, a été élue le 29 juillet présidente du conseil des ministres de la Conférence interafricaine de la prévalence sociale, à l'issue des travaux de la 30e session de l'organisation de contrôle d'appui technique aux caisses de sécurité sociale.

Après son élection, la ministre Mathys Adidjatou a remercié les experts et le comité d'organisation pour le bon déroulement de la session.

« Je salue la confiance placée en ma personne pour présider aux destinées de la Cipres pendant cette année en cours. Je m'emploierai avec votre concours durant mon mandat à impulser le dynamisme nécessaire à l'attente de nos objectifs », a promis Mathys Adidjatou.

Elle a réitéré la totale détermination de son pays, le Bénin, à honorer ses engagements dans le domaine de la protection sociale, en partenariat avec les autres Etats membres. La présidente de la conférence compte également sur l'appui des Etats membres de la Cipres en vue du rayonnement et de la construction du socle de protection sociale complet, inclusif et durable.

A l'ouverture des travaux, le ministre Abdoulaye Bio Tchané, représentant le président Patrice Talon, a expliqué que depuis la mise en place de la Cipres, grâce au traité signé le 21 septembre 1993 à Abidjan en République de Côte- d'Ivoire, celle-ci n'a pas cessé de progresser et de bénéficier de l'adhésion des populations des Etats membres.

Il poursuit qu'il s'agit de la mise en place des indicateurs de gestion et de cadrage constitués de ratios prudentiels et de normes de performance ; du contrôle rigoureux du fonctionnement des organismes avec comme corolaire, l'amélioration sensible de leur gouvernance ; de l'adoption d'un plan comptable typique applicable aux organismes de prévoyance sociale et bien d'autres.

« Le bilan est suffisamment riche même si au-delà de ces actions il reste du chemin à parcourir. C'est pourquoi, dans nos efforts, nous ne devons pas perdre de vue que l'un des défis majeurs à relever dans les années à venir sera de parvenir à une extension judicieuse et réaliste de la couverture sociale à toutes les couches de nos populations », a indiqué Abdoulaye Bio Tchané.

Il a rappelé que le gouvernement du Bénin a, à juste titre, adopté et mis progressivement en œuvre un nouveau dispositif de protection sociale à travers un programme ambitieux dénommé : « Assurance pour le renforcement du capital humain (ARCH) ». Ce programme ARCH répond à un impératif de protection sociale holistique des couches vulnérables de la population béninoise.

Il constitue un paquet de quatre services cohérents de protection sociale offerts à un guichet unique, à savoir : l'assurance maladie qui en est le volet principal ; la formation ; le micro-crédit et l'assurance vieillesse.

« Je puis vous dire que l'ensemble des États de la zone Cipres partagent les mêmes réalités, les mêmes défis et aspirations en matière de couverture sociale pour leurs populations respectives. Je me réjouis donc de l'engagement politique de chacun des États de la zone Cipres représenté sur cette plateforme à rendre effective la protection sociale au profit de nos populations non encore impactées », a-t-il rencheri.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X