Sud-Soudan: Plus de 15 000 personnes déplacées dans la ville de Tombura ont désespérément besoin d'aide humanitaire

Personnes déplacées au Sud Soudan

Tombura — La situation de 15.000 personnes déplacées à l'intérieur de la seule ville de Tombura devient chaque jour plus grave, a déclaré Kia Moses, représentant de l'Organisation Catholique pour le Développement et la Paix (CODEP) qui, avec d'autres représentants d'organisations humanitaires, a passé cinq jours dans la ville de l'Etat d'Equatoria-Occidental pour évaluer la situation suite aux affrontements tribaux en cours.

Dans la note reçue par l'Agence Fides de la part du diocèse de Tombura-Yambio, on peut lire des attaques, des pillages, des meurtres, des incendies et des viols qui ont obligé de nombreux habitants à fuir leurs maisons. "La situation est également risquée en termes d'interférence sanitaire et éducative puisque les salles de classe de l'école primaire St. Mary's sont utilisées par les personnes déplacées la nuit pour dormir et le jour par les élèves pour des activités d'apprentissage.

L'équipe humanitaire n'a pas encore atteint Rii-Yubu Payam, à trois miles de la frontière de la République centrafricaine et à 24 miles dans l'ouest du comté de Tombura. La ville a été sévèrement touchée, tout comme Tombura, et des groupes armés ont pris d'assaut les villages d'Akpa, Mabenge, Gbatanzere et Kpatanayo. Plus de 30 membres de la communauté de la région ont été enlevés par le groupe armé et on ignore où ils se trouvent.

"On ne sait pas exactement quelles solutions concrètes ont été élaborées par les gouvernements locaux, étatiques et nationaux pour mettre fin à l'insécurité qui règne dans le comté de Tombura, mais la situation actuelle est catastrophique", a souligné le représentant du CODEP.

Le CODEP, l'aile humanitaire du diocèse catholique de Tombura-Yambio, ainsi que d'autres organisations humanitaires et non gouvernementales nationales ont pu prendre connaissance de la situation, qui a montré que le nombre total de personnes déplacées à Tombura s'élevait à 15 512, réparties sur trois sites différents : 5074 à l'église catholique St. Mary Tombura et à l'école primaire St. Mary ; 2874 dans le complexe du groupe Adeesa et 7 564 logés à Gamunakpe.

Comme le montre la note reçue par Fides, le 7 juillet 2021, le gouverneur de l'État d'Équatoria-Occidental, le lieutenant général Alfred Futuyo Karaba, a accusé quatre hommes politiques de Juba d'alimenter l'insécurité dans cet État. Cela n'a pas manqué de susciter la réaction du gouverneur adjoint de l'État, Gaaniko Kennedy, qui a publiquement dénoncé les propos du gouverneur Futuyo à la radio, qualifiant les accusations de fausses. Ce climat accusatoire ne fait qu'accroître l'inquiétude des citoyens qui ne voient aucune solution au problème.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X