Libye: Promotion de la paix et la sécurité - Les mercenaires et entreprises affiliées appelés à quitter le pays en urgence

saif al islam gaddafi

Soucieuse de la situation qui prévaut en Libye et de l'organisation des prochaines élections qui, selon elle doivent se dérouler dans la paix et en toute quiétude, l'ONU, à travers ses experts, a demandé le week-end dernier, à tous les mercenaires ainsi qu'aux entrepreneurs privés affiliés à cette activité de quitter le pays en urgence.

Expliquant le bien-fondé de leur décision, les experts de l'ONU en Libye ont précisé que la paix et la sécurité sont une condition première pour l'organisation des élections crédibles en Libye. Ainsi, parmi les éléments clés qui peuvent conduire ce pays vers la paix, figure le départ des mercenaires. Car ce départ est attendu depuis longtemps et il s'agissait d'une condition préalable essentielle à la tenue d'élections pacifiques prévues pour cette année.

« Neuf mois après l'accord de cessez-le-feu appelant au retrait des forces étrangères et des mercenaires du pays, ces mercenaires ainsi que les entrepreneurs militaires et ceux de la sécurité privée continuent d'opérer dans le pays », a déclaré la présidente du groupe de travail de l'ONU sur l'utilisation de mercenaires Jelena Aparac avant de souligner que leur recrutement et leur présence continus en Libye entravent gravement les progrès du processus de paix et constituent aussi un obstacle pour les prochaines élections.

Pour les experts onusiens, les entrepreneurs privées bien entraînées et bien armées, originaires des pays comme la Russie, la Syrie, le Soudan et le Tchad, opérant en Libye et dont certains répondent aux critères définissant le mercenariat, pourraient également affecter négativement la sécurité et la stabilité d'autres pays de la région.

Il nous faut des élections sûres et sécurisées

Selon les experts, pour sauver la Libye et contrer toutes actions futures capables de raviver la violence dans le pays, il est nécessaire que ces mercenaires et les acteurs qui leur sont liés partent immédiatement et mettent immédiatement fin au transfert d'armes et de matériel militaire en Libye. « Nous appelons la communauté internationale à prendre des mesures concrètes pour aider ce processus de paix et électoral.

D'autant plus, les participants au forum et au dialogue politique sur la Libye facilité par les Nations unies avaient convenu d'une feuille de route pour des élections nationales crédibles, inclusives et démocratiques et qui doivent se tenir le 24 décembre 2021 », ont déclaré les experts, tout en spécifiant que si les élections doivent avoir lieu en décembre 2021 comme prévu, les Libyens doivent pouvoir entreprendre ce processus dans un environnement sûr et sécurisé. Car la présence de ces acteurs peut constituer un obstacle.

Parce que le recours aux mercenaires contribue à l'escalade des conflits. Par exemple, en juin 2020, le groupe de travail des experts de l'ONU avait déjà averti que le recours à des mercenaires et à des acteurs connexes depuis 2019 avait contribué à l'escalade du conflit en Libye et sapé le processus de paix. Alors que cela constituait une violation de l'embargo sur les armes existant imposé par le Conseil de sécurité des Nations unies.

« À l'époque, ils avaient exhorté les gouvernements à enquêter sur toutes les allégations de violation des droits de l'homme et du droit humanitaire. Un an plus tard et dans la perspective des élections, nous étions préoccupés pour le fait que tout processus politique visant à établir une paix durable doit inclure un véritable engagement en faveur des droits de l'homme », ont encore déclaré les experts, en reconnaissant qu'ils ont l'obligation de rendre des comptes pour les abus commis par les mercenaires, les acteurs liés aux mercenaires et les entrepreneurs privés.

Notons que, les rapporteurs spéciaux et experts indépendants font partie de ce que l'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Et, les procédures spéciales constituent le plus grand corps d'experts indépendants du système des droits de l'homme des Nations unies. Elles sont classées parmi les mécanismes indépendants d'enquête et de surveillance du Conseil qui s'occupent soit de situations nationales spécifiques, soit de questions thématiques dans toutes les parties du monde.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X