Congo-Kinshasa: Musique - La chanson "Mwen malad aw" dédiée secrètement à Tshala Muana

Le guitariste guadeloupéen et leader du groupe Kassav' mort de covid le 30 juillet, Jacob Desvarieux, l'avait annoncé au micro lors du concert livré à l'occasion des 30 ans de carrière de la Mamu nationale, au parking du Grand Hôtel de Kinshasa en 2008.

L'anecdote autour de ce tube bien connu à Kinshasa a été révélée alors que Kassav' était en passe de finir sa prestation à cette soirée mémorable dédiée au jubilé de perle de Tshala Muana. Quand Jocelyne Béroard annonce le dernier titre du groupe, elle passe la parole à Jacob Desvarieux avisant le public : « Jacob vous a préparé une petite surprise ».

\Le guitariste introduit alors : « Je vais vous raconter une petite histoire en rapport avec la chanson que je vais vous chanter maintenant. Il y a quelques années, j'ai croisé la route de Tshala Mwana et j'avoue que j'étais assez impressionné. Et du coup, je me suis dit : Il faut absolument que je fasse la cour à cette jeune femme ». Il a pris son courage à deux mains et décidé de passer de l'idée à l'acte : « Donc, j'ai tenté ma chance, mais franchement, elle ne m'a même pas regardé ».

Loin de se laisser décourager par cette tentative infructueuse, Jacob Desvarieux a pensé s'y prendre autrement : « Je me suis dit, je vais changer de stratégie. Je vais écrire une chanson, je vais mettre deux mots en lingala dedans. Et peut-être que si la chanson est bien, elle va jeter un œil sur moi et dire ce mec n'est pas si mauvais que cela ». Et donc, c'est bien : « Tout le monde maboko (applaudissez) » que l'on entend plusieurs fois dans la chanson ainsi que : « Ah Mame maboko » et non « Makoko » comme repris sur tous les textes des paroles et traductions de "Mwen malad aw" proposées sur la toile.

Ça n'a pas marché avec elle

Convaincu de marquer des points cette fois, « alors, j'ai fait la chanson », poursuit Jacob. Mais même après avoir écrit son tube. « Cela n'a pas marché non plus », a-t-il constaté. Mais peut-être que, est-ce parce que le guitariste n'avait pas osé le lui dire ! « Elle, elle ne sait pas que j'ai fait cette chanson là pour elle », a-t-il affirmé. Et de conclure avant de jouer les premières notes : « Je dis cela ce soir comme c'est son anniversaire, je vais vous faire la chanson, peut-être que vous allez la reconnaître, que vous allez aimer.

On va vous faire un petit bout ». « Ça n'a pas marché avec elle, mais la chanson a marché », a commenté alors Jocelyne Béroard. Ce à quoi Jacob a renchéri comme à regret : « La chanson a marché, ça a marché avec une autre femme, mais pas avec elle malheureusement ». Peut-être aurait-il dû se montrer plus hardi et lui faire savoir que c'était à cause d'elle qu'il était malade d'amour pour elle au point de ne pas en dormir. Traduit en français Tonbé malad aw veut dire tomber malade, Man malad aw : L'homme malade et Man pa lé dòmi, dòmi déwò la : L'homme ne dort pas, dort dehors.

Il sied de rappeler que le tube "Mwen malad aw" était sorti en 1985 dans An ba chen'n la et que c'est à cette période que la carrière de Tshala Muana est lancée depuis peu en tant que chanteuse. Elle s'est mise à la musique, passant de la danse au micro, sort son premier album en 1980 et fait sa première scène à Abidjan.

Et c'est le succès, mais en dehors de son pays, alors appelé Zaïre. Et elle a des affinités avec Jocelyne Béroard qu'elle a en grande sympathie. Elles ont partagé la couverture du magazine Elite. L'on s'accorde à leur trouver des traits et donc leur ressemblance les rapproche. Dans une interview télévisée en marge de la célébration de ses 30 ans, la Mamu nationale en découvre la couverture et affirme avec une once de fierté : « On nous comparaît souvent Jocelyne et moi. J'ai fait la Une de plusieurs magazines dont une avec elle. Je ressemble à Jocelyne Béroard que j'aime beaucoup ».

En 1987, la première fois que Kassav' se produit à Kinshasa, dans son répertoire il y a le tube "Mwen malad aw" qui, en effet, fait partie de ses meilleurs morceaux. Et lors de leur passage au Zaïre, nul ne se doute que cet air tant prisé est dédié à l'une des filles du pays. Et le plus intéressant, c'est que ce séjour à Kinshasa est immortalisé par une vidéo qui fait partie du patrimoine Kassav'. En effet, c'est dans notre capitale, plus précisément à Matonge que le groupe a tourné le clip de "Syé Bwa", extrait de l'album "Vini pou" sorti cette même année, en 1987.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X