Madagascar: Projet Base Toliara - De nouvelles propositions émergent

Un nouvel angle à 360 degrés. La perception du projet d'extraction d'ilménite mené par Base Toliara a été orientée d'une manière différente lors du forum d'échanges et de dialogue des citoyens pour le développement d'Atsimo Andrefana.

Une discussion entre citoyens organisée par la plateforme des Notables de la région au Jardin de la mer de Toliara dimanche dernier. « L'idée n'est pas de plaider en faveur ou contre le projet ni représenter Base Toliara ni l'État ni le ministère des Mines, mais de discuter sur les privilèges et désavantages du projet Ranobe pour la région Atsimo Andrefana. Nous réitérons maintes fois le fait que Toliara reste un cimetière de projets et nous discutons alors sur la manière de le faire avancer en analysant particulièrement ce projet pour ce jour » a expliqué Désiré Osvald Rakotonirina, membre de la plateforme des Notables de la région Atsimo Andrefana. Après une brève présentation du projet portant notamment sur les investissements de 560 millions de dollars, la durée de 33 années envisagée pour le projet, les quatre mille emplois directs et emplois créés ainsi que les avantages pour l'État, diverses propositions ont émané de la centaine d'invités au dialogue.

Autres besoins

Un colonel retraité a entre autres posé le questionnement sur les impacts directs du projet que la société Base Toliara même n'a jamais su détailler avant sa suspension en novembre 2019. « La société devrait être en mesure d'étaler les impacts directs du projetà part la mise en place de CSB, d'écoles ou d'hôpital. Concrètement, qu'apportera-t-il sur le plan social et économiqu e » dit-il. Un autre participant a soulevé les détails opaques des cahiers de charge. Fidéline, présidente de l'Association des femmes d'Atsimo Andrefana a réclamé la pertinence du projet tout en insistant sur les communications avec les femmes et les communautés locales directement et indirectement touchées par le projet.

Un enseignant en Droit à l'université de Toliara a proposé de rédiger les résolutions émanant de diverses entités sur le projet Base Toliara et demander aux parlementaires de trancher pour l'ouverture ou non du projet. « Toliara est-elle prête à accueillir un tel projet ? Infrastructures, ressources humaines ? De quel genre d'entreprises le projet a-t-il besoin lors de ses phases de construction et d'exploitation ? Tout cela reste à éclaircir » a souligné Yvan Zambahiny, président régional de la Société civile.

Un autre participant propose de refaire les enquêtes locales ainsi que les consultations publiques. La non implication de deux parlementaires concernés par le projet a été aussi mise en avant. « Pourquoi les députés Rochelin Houssein et Tsitara Rogers, élus dans le district de Toliara II ne se prononcent-ils pas sur le projet alors qu'on entend souvent le député de Toliara I, Siteny Randrianasoloniaiko, s'y opposer » s'est prononcé un autre participant.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X