Ile Maurice: Meurtre de Triolet - Les soupçons portent sur l'ex-concubin de la victime

Reena Devi Rookhee, plus connue comme Kajal, 42 ans, caissière dans un supermarché à Trou-aux-Biches, a été tuée de sang-froid après une rencontre avec son ex-compagnon, un homme de 48 ans, habitant Poste-de-Flacq, le dimanche 1er août à Triolet à Rampersand Aumeer Lane. La police le soupçonne d'être son meurtrier.

Selon l'autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, médecin légiste, elle a reçu plusieurs coups de couteau à la tête. L'arme du crime serait un couteau chinois.

Les éléments de la Field Intelligence Office, travaillant sous la supervision de sergent Forod, soupçonnent que la rencontre entre les anciens amants a tourné au vinaigre car l'ex-compagnon avait appelé la victime pour lui demander de l'argent. Cette dernière aurait catégoriquement refusé. Il serait alors entré dans une rage folle car cet argent, il en avait besoin pour se droguer.

Par ailleurs, selon les informations recueillies, la victime l'avait quitté il y a deux mois car toutes les dépenses de la maison qu'ils partageaient lui retombaient des- sus. Elle n'en pouvait plus de cette vie puisqu'elle avait eu la malchance de tomber sur un homme qui se droguait et ne se chargeait guère des dépenses de la maison car il n'avait pas d'emploi fixe. L'ancien compagnon de la victime est actuellement recherché par la police par rapport à ce meurtre.

Chez la famille de Reena Devi Rookhee à Grande Pointes-aux-Piments, nous avons rencontré l'ex-mari de celle-ci, Biswajeet Ramlochun. Il a précisé qu'il ne nourrissait aucune rancœur envers son ex-femme de qui il était divorcé et a ajouté qu'il avait accepté sa relation avec son ex-concubin. «Mo ti bien kontan pou li ek so choix. Zamé mo ti pansé ki pou ariv enn zafer koumsa.»

Il ajoute qu'ils ont eu une conversation téléphonique le samedi 31 juin relativement au salaire de leur fils. «Elle m'a demandé si j'avais pris la paie de notre fils. C'était la dernière fois que nous nous sommes parlés.»

Vishal Rookhee, le frère de la victime, dit ne pas comprendre comment sa sœur s'est fait tuer. «Ma sœur était allée au travail dimanche matin vers les 7 heures et elle allait finir à midi. Elle est rentrée à la maison mais elle a dû ressortir et se rendre à Triolet. Lorsqu'elle était à Triolet, elle a reçu un appel lui demandant de se rendre au dispensaire. Vers 16 heures, on a reçu un appel de la police pour nous informer que le cadavre de ma sœur a été retrouvé sur un terrain en friche, près du dispensaire de Triolet.»

Par ailleurs, Vicky Chuckhoory, un ami, qui estime la victime comme sa soeur de sang car elle a l'habitude de célébrer le Rakhi et de lui attacher un bracelet au bras, dit ne pas comprendre comment Reena a pu connaître une fin aussi atroce. «Nous avons confiance en la force policière et j'espère que nous finirons par connaître le motif de cet acte barbare.»

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X