Congo-Kinshasa: Instituer l'Etat de droit - Félix Tshisekedi face aux démons de la politique

billet

Aujourd'hui, en dépit du fait que le peuple congolais vit dans sa misère et les multiples obstacles face à son bien-être, l'avènement de l'idée et de la démocratie reste un choix de haute responsabilité.

Je pense, pour ma part que la pensée ultime du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi dans la gouvernance du pays s'inscrit plutôt dans cette ligne de la raison rationnelle, loin de la raison cynique, dictatoriale et égoïste. Car, en effet, toute rationalité doit être raisonnable c'est-à-dire, qu'elle doit tenir en même temps l'ordre de la nécessité que la raison impose au comportement de l'homme et des sociétés en face de la non raison et de l'animalité politique.

L'analyse profonde des différents discours et prise de parole du Président de la République en public chaque fois que l'occasion lui permet est loin de la brutalité animale. En effet, on l'a toujours entendu dire que la vie même de l'Etat congolais dans son comportement doit se caractériser par sa capacité d'intégrer dans sa rationalité notamment des éléments d'ordre morale qui sont optatifs pour permettre une vie bonne avec l'ensemble de la population individuellement et collectivement.

De la dictature à la démocratie comme je le comprends écoutant chaque fois le Chef de l'Etat, il y a un saut politique que le peuple congolais doit effectuer qui relève de l'option et à partir duquel la démocratie peut être bâti. En effet, les congolais observant la manière dont ils vivent aujourd'hui dans leur pays, résultant de la mauvaise gouvernance politique d'hier, ils remarquent avec frustration et violence dans le cœur que leurs anciens gouvernants tenant du pouvoir s'étaient en quelque sorte enfermés dans des mentalités qu'il qualifient d'égoïstes et des criminels tout en se considérant qu'ils pouvaient rester longtemps dans le provisoire.

Aujourd'hui, voici deux ans que l'actuel Président de la République est au pouvoir que ce peuple trouve qu'il ne pas loin d'une lueur démocratique. Je dirai, dans ce décor, que le Président de la République veut résolument poser les premiers pas de la RDC dans la démocratie tout en sachant que si les autres ont réussi tant soit peu dans ce domaine, les congolais le peuvent aussi. Pour le Président de la République surtout dans ses dires dans son discours du dernier séminaire de son gouvernement, les membres de celui-ci loin de leur mentor politique qualifié abusivement d'autorité morale doivent se mettre au service de l'autre, c'est-à-dire de la population. Le Président de la République veut que chaque membre du gouvernement se mette au service de la population pour chercher d'une manière résolue comment donner satisfaction au besoin du peuple et de chacun.

Dans chaque rencontre et aux dires de l'opinion publique, le Président veut que se crée au Congo une ambiance qui serait à l'origine d'une organisation réformatrice d'un état de droit. C'est cela le rêve constant qui caractérise la pensée et l'action de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo : l'avènement de l'événement d'un grand Etat, d'un Etat grand transcendant et Sacré. Voici selon le chef de l'Etat, l'Etat à instituer ou à établir au cœur de l'Afrique. Un Etat en station débout qui, en quelque sorte, est un Etat qui inspire respect de tous se trouvant loin de la trahison et de la désacralisation des institutions.

Fort de cette analyse, l'idée très répandue au Congo selon laquelle « l'Etat, c'est toi, c'est moi et finalement de tout le monde » est un Etat utopique et illusoire car il n'est l'un ni l'autre, mais au-delà de l'un et de l'autre dans l'esprit, dans le sacré ; c'est ainsi qu'il inspire le respect de tous. Dans ce contexte, ayant considéré la sacralité de l'Etat, je peux comprendre avec le Chef de l'Etat que l'animalité politique instituée au Congo, doit être bannit à jamais, c'est cela la philosophie du peuple d'abord, du d'abord le peuple. C'est une impérieuse nécessité je pense, que le peuple congolais soutienne et encourage la voix du bon sens pour instaurer véritablement le sacré de l'Etat. Le Chef de l'Etat du point de vue de tous, passe ses temps forts à penser au comment lutter contre les antivaleurs qui gangrènent le pays. Ainsi tout effort de la création et de l'institution du gardien fort et puissant susceptible de contraindre les déviations mettant en mal l'existence de l'Etat doit être poursuivi à tous les niveaux, du parlement de la République et sous-ciat de la police des quartiers. Au niveau des grands détenteurs du pouvoir, le parlement doit jouer clairement son rôle montrant ainsi qu'il est une institution qui est en train de retrouver la sensation humaine du bon sens pour être proche des besoins et aspirations de la population.

Il est temps que cette institution de haute portée politique quitte le niveau de la sensation épidermique, de l'égoïsme pour entrer résolument dans les exigences d'un Etat démocratique. Ainsi se justifiera notre souhait le plus ardent de dire au peuple congolais qu'il y a bien une différence entre sensation démocratique et animalité politique.

Professeur Jean Kambayi Bwatshia

Directeur du Centre de Recherche sur les

Mentalités et l'Anthropologie Juridique « Eugemonia »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X