Sénégal: 50,7% de la valeur ajoutée des entreprises affectée aux charges de personnel en 2019

La richesse créée par les entreprises du secteur formel en 2019 est prioritairement affectée aux charges de personnel avec 50,7% de la valeur ajoutée globale. Cette valeur ajoutée s'est accrue de 0,3% pour se situer à 2 350,0 milliards de francs Cfa à prix courants contre 2 342,1 milliards de francs Cfa en 2018.

Les charges de personnel se sont emparées de 50,7% de la valeur ajoutée globale générée par les entreprises du secteur formel sénégalais en 2019. D'après l'Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), les charges de personnel sont suivies par les dividendes et l'autofinancement, les frais financiers et enfin les impôts sur le résultat qui ont bénéficié, respectivement, de 32,3% ; 10,2% et 6,8% de la valeur ajoutée des entreprises formelles.

La Valeur ajoutée (Va) des entreprises du secteur formel, selon l'Ansd, s'est accrue de 0,3% en 2019 pour se situer à 2 350,0 milliards de francs Cfa à prix courants contre 2 342,1 milliards de francs Cfa en 2018.

A l'en croire, la consolidation de l'activité est imputable aux Bâtiments et travaux publics (Btp) (+34,1%), au commerce (+3,5%) et aux services (+3,3%). Cependant, indique la structure dans un document dénommé « Banque de données économiques et financières », elle a été limitée par le repli de 11,6% de la valeur ajoutée des industries.

Dans ce document qui donne les données définitives pour 2018 et provisoires pour 2019, l'agence note qu'au total, la valeur ajoutée des entreprises suivies a enregistré un taux de croissance moyen de 8,8% sur la période 2013-2019.

En 2019, poursuit-elle, la production s'est accrue de 3,3% après 7,2% en 2018, en relation avec les progressions enregistrées dans les secteurs du commerce (+9,3%), des services (+5,5%) et des industries (+2,9%) mais amoindrie par le fléchissement dans le secteur des BTP (-3,4%).

Dans la foulée, la structure pilotée par Allé Nar Diop fait savoir que le taux de valeur ajoutée s'est replié de 0,7 point en ressortant à 23,6% en 2019 contre 24,3% en 2018. Cette situation, d'après le rapport, s'explique par une baisse du taux de Va dans l'industrie (-2,5 points), le commerce (-1,6 point) et les services (-0,8 point).

Selon une répartition sectorielle, le document rapporte, dans la même lancée que la part du secteur des services reste prépondérante avec 47,6% de la valeur ajoutée brute. Les industries, quant à elles, viennent en seconde position avec 35,6%, suivies du commerce (9,3%) et des Btp (7,5%).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X