Algérie: Activer les mécanismes juridiques de lutte contre l'agression sur le patrimoine forestier

Ouargla — Les participants à une rencontre organisée mardi à Ouargla sur "l'activation de la protection pénale et la lutte contre les délits contre le patrimoine forestier" ont appelé à l'activation des mécanismes de lutte contre les délits et actes d'agression contre cette richesse naturelle à travers l'application des textes de loi contenus dans le code pénal et les lois relatives aux forêts.

Le code pénal dans ses articles 295 et ces alinéas donne une description criminelle à l'acte d'incendie prémédité, a indiqué à l'ouverture des travaux de la rencontre qui s'est déroulée au siège de cette instance judiciaire le procureur général de la Cour d'Ouargla, Belatra Abdelkader, soulignant que le secteur de la justice, à l'instar d'autres secteurs concernés, contribuent à la préservation des richesses nationales, y compris les richesses forestières.

M. Belatra a saisi cette occasion pour exhorter les acteurs de la société civile et les associations activant dans ce domaine à faire preuve de vigilance et d'un sens patriotique élevé pour signaler ce type de délit, tout en appelant les services concernés, dont la protection civile et le secteur des forêts, à intervenir en temps réel pour éviter les catastrophes.

De son côté, le procureur de la République adjoint chargé du pôle pénal au tribunal d'Ouargla, Halim Belkhiri, a indiqué, dans son intervention sur "La protection juridique du patrimoine forestier dans le cadre de la loi 84-12", que le législateur algérien privilégie la richesse forestière par une protection spéciale.

La wilaya d'Ouargla enregistre annuellement une moyenne de 450 incendies, alors que les pertes annuelles oscillent entre 4.000 et 4.200 palmiers, ce qui nécessite, a-t-il insisté, "l'adoption de mesures dissuasives et strictes à l'encontre des contrevenants".

Des communications ont été présentées portant notamment sur "les mécanismes de la préservation du patrimoine forestier et la protection pénale", "la législation forestière", "le rôle de la direction de l'environnement dans la préservation de la biodiversité et les procédures pénales prévues par la législation algérienne".

Cette rencontre, organisée par la Cour d'Ouargla, a réuni des magistrats, des représentants des secteurs de l'agriculture et environnement, de la conservation des forêts, la protection civile, et la police judiciaire.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X