Congo-Brazzaville: Pouvoir ancestral - Les royaumes Téké et Loango plus qu'unis

Les dignitaires de la cour royale de Loango ont réitéré leur union avec le royaume de Mbé lors des obsèques du roi Makoko Auguste Nguempio, le 30 juillet dernier. Le même message a été prononcé par la reine Ngalifourou à l'occasion de la remise des présents à la cour royale de Mbé. Elle a également prodigué des conseils au Premier ministre Anatole Collinet Makosso.

Délivrant le message de la cour royale de Loango, le président du conseil des dignitaires de Bwali (Loango), Jean Baptiste Tati Yoyo, a fait savoir qu'entre les royaumes téké et Loango, c'est du vrai amour. « Loango a un roi, Mbé aussi a un roi. Les deux rois se valent, se ressemblent, même si entretemps il y a eu un plus grand qu'on appelle Auguste Nguempio. Les deux rois s'entendaient correctement. Le roi Auguste Nguempio est venu à Diosso et le roi Moe Poaty IV est venu à Mbé », a-t-il expliqué.

Les rois Auguste Nguempio et Moe Poaty IV avaient planté le « cocotier » à Mbé, symbole de l'unité et de l'amour entre les deux royaumes. Lorsque le roi Poaty est décédé, la cour royale de Loango a fait le déplacement de Mbé pour faire le compte rendu au roi Auguste Nguempio. Suite à la mort du roi Makoko Auguste Nguempio, la cour royale de Loango a fait le déplacement de Mbé avec un groupe qui a animé la dernière veillée. De même, elle a remis des présents à la cour royale de Mbé. « Tout ceci c'est pour montrer que nous sommes plus que jamais unis », a indiqué Jean Baptiste Tati Yoyo.

Après avoir reçu les présents et remis elle aussi les présents à la cour royale de Loango, la reine Ngalifourou, qui a reconnu l'unité entre les deux royaumes, a profité de l'occasion pour recommander aux dignitaires de la cour royale de Loango d'encadrer leur fils Anatole Collinet Makosso. « Monsieur le Premier ministre, en acceptant de venir dans ce petit village de Mbé, petit village combien emblématique et chargé d'histoire, vous témoignez et valorisez l'humilité pure et innocente de votre personnalité. Sans jamais mettre en péril votre autorité, l'humilité est la vertu qui vous rapprochera, chaque jour davantage, des populations qui ont accueilli, avec joie et optimisme, votre accession à la tête du gouvernement. Pour vos nouvelles responsabilités, je vous recommande donc de cultiver, avec acharnement, l'exigence de l'humilité », a-t-elle déclaré.

Remettant les attributs du pouvoir à Anatole Collinet Makosso, la reine Ngalifourou a dit : « Dans la grande simplicité qui différencie les esprits éclairés des petites âmes, vous avez accepté de venir devant moi, pauvre paysanne que je suis. Pour sceller la dimension historique de votre séjour ici et conférer l'onction royale à la présente rencontre, nous vous faisons porter le pagne en raphia que voici. En vous remettant ce tissu ancestral qui a survécu à l'épreuve du temps, nous vous traduisons la manifestation de notre joie suite à votre promotion en qualité de Premier ministre, chef du gouvernement. Nous nous en félicitons et plaçons également, entre vos mains, ce petit balai qui, chez nous, symbolise la justice. La première injustice c'est l'ingratitude... ».

Le Nkwembali, régulateur millénaire, est une religion qui repose sur deux principes cardinaux : Ne jamais faire gratuitement du mal ; ne jamais faire du tort à celui qui vous a fait du bien. Ces normes, qui confortent tout autant les initiés que les profanes dans leurs convictions, renvoient au principe consacré selon lequel « on ne coupe pas l'index de celui qui vous montre le bon chemin », a signifié la reine Ngalifourou.

Elle a recommandé au Premier ministre de respecter les anciens dans leur positivité et d'apprendre auprès d'eux ; d'éloigner de lui tous ceux qui, très tôt aveuglés par des ambitions irréfléchies, se sont engagés dans l'aventure de la traitrise à l'endroit du président de la République. « Une telle posture, pétrie dans le moule de la félonie et de la trahison, ne pourra pas vous portez bonheur. Bien au contraire, elle vous détruira. Moi, votre grand-mère, j'ai beaucoup appris auprès de la reine Ngalifourou qui m'a très tôt initiée. Mon grand-père fut roi, le Makoko Nganlouo. Auprès de mon père Gambou, j'ai appris. Cette préparation à la vie m'a rapprochée de l'homme, dans sa droiture comme dans ses égarements. J'apprends chaque jour auprès de ceux dont je côtoie et qui me côtoient en partageant mon vécu quotidien », a-t-elle dit.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X