Congo-Brazzaville: Accès aux financements - Des établissements de crédit sensibilisés à la nouvelle règlementation

Les banques locales vont désormais déposer des déclarations auprès de la Banque centrale sur les coûts et les conditions des crédits octroyés aux consommateurs. La mesure communautaire entrera en vigueur en République du Congo, dès le 22 septembre prochain.

Les autorités congolaises veulent assainir le marché financier national, permettant l'accès aux crédits aux entreprises et aux particuliers. Cette volonté politique est assurée par le Comité national économique et financier (CNEF), en application des normes sous-régionales de la Cémac (Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale).

D'où le lancement, à Brazzaville le 3 août, de la formation des responsables des établissements de crédit et de microfinance sur le renseignement du fichier des déclarations des taux effectifs globaux (TEG) et l'extension du calcul des TEG aux établissements de microfinance. D'après le secrétaire général du CNEF, Michel Dzombala, le TEG représente le coût réel de crédit à la consommation et constitue un véritable indicateur du coût réel du prêt sur toute la période de remboursement contractuel.

« Cette formation de quatre jours va contribuer à améliorer la qualité des déclarations des TEG, ainsi que des analyses sur l'évolution des coûts et conditions des crédits octroyés à la clientèle. L'amélioration de la qualité des déclarations constitue une attente légitime, notamment des autorités nationales, de la Banque centrale et des consommateurs des services bancaires », a souligné Michel Dzombala.

En pratique, chaque établissement de crédit, en fonction des primes de risque qu'il met en avant, fixe un taux d'intérêt différent des autres établissements. Alors que les TEG regroupant les frais de garantie, d'assurance, d'hypothèque, permettent de ressortir le coût réel du crédit, de limiter le recours à des taux excessifs et surtout permettent au consommateur de négocier le coût du prêt qu'il sollicite auprès de sa banque. La publication des informations détaillées aide le client à faire le choix des offres de crédit que proposent les banques locales.

À noter qu'au cours de l'atelier initié par le CNEF, les participants vont échanger sur les enseignements tirés des quatre premières années de pratique des TEG en République du Congo, l'amélioration des délais de transmissions des déclarations, la tendance baissière actuelle des TEG, en lien avec la multiplication des contrôles sur les coûts du crédit par les équipes du CNEF, y compris les deux cadres règlementaires de la Cémac et l'instruction du gouverneur de la Banque centrale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X