Ile Maurice: Meurtre de Reena Devi Rookhee - Le concubin arrêté

Il était dans le collimateur de la police depuis que le cadavre de Reena Devi Rookhee avait été retrouvé dans un terrain en friche le dimanche 1er août dernier. Ravi Tarah, le concubin de la victime, a été arrêté aux petites heures ce mercredi 4 août.

Les soupçons se sont tout de suite portés sur Ravi Tarah après le drame. L'homme, âgé de 48 ans et sans domicile fixe, a été arrêté aux tôt ce matin à Bel-Air lors d'une opération menée par les limiers limiers Thomas, Seerputtee, Govinden de la Major Crime Investigation Team (MCIT) North en collaboration avec les limiers Govindasamy et Motoosawmy de la CID de de Moka sous la supervision de l'Asp Seeburruth.

Soumis à une série de questions, le suspect est passé aux aveux. Il a expliqué qu'il ne supportait pas l'idée que sa concubine mette fin à leur relation. Le jour du drame il a attendu que Reena Devi Rookhee sorte du boulot. Ils se sont rendus dans une ruelle à Triolet pour discuter mais lors que la quadragénaire a signalé son intention de ne plus le revoir, Ravi Tarah l'a agressé. Le corps de Reena Devi Rookhee avait été retrouvé dans la soirée de dimanche à proximité du poste de police de Triolet.

Selon l'autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, médecin légiste, elle a reçu plusieurs coups de couteau à la tête. L'arme du crime serait un «couteau chinois».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X