Madagascar: Accident maritime de Soalara-Sud - Les piroguiers et le maire devant la Justice

Il a fallu trouver des coupables à l'accident maritime survenu le 5 juin dernier quand une pirogue transportant trente-deux personnes a chaviré en mer entre la commune de Soalara Sud et Toliara.

Les sources officielles avaient annoncé trois personnes décédées et trois portées disparues. Les familles des victimes se sont réunies en un collectif pour porter plainte. « Nous voulons que justice soit faite dans cette affaire car il y a eu des pertes en vies humaines. Des accidents maritimes ont tué des passagers depuis des années sur ce littoral sud mais il n'y a pas d'avancée dans l'organisation et dans l'amélioration de la qualité du transport sur cet axe » explique un membre du collectif des familles des victimes.

L'embarcation n'avait pas le droit de transporter des personnes mais des marchandises et des produits halieutiques. « Le responsable en a profité pour transporter des marchandises et des personnes. Il a plu ce jour-là et les passagers étaient couverts par une simple bâche. Le propriétaire de la pirogue nous a été recommandé parce qu'il n'était pas au courant que le responsable de son embarcation avait permis le transport de trente-deux personnes » continue d'expliquer la source.

Politique

Un accord communautaire autorise les pirogues à transporter des personnes sur le littoral sud à condition que le nombre ne dépasse pas quinze personnes et que la charge totale avec les marchandises soit évaluée et avalisée par la police municipale. Trois auteurs étaient poursuivis, les deux piroguiers et le responsable de la pirogue. « Le responsable de la pirogue a été gardé à vue le lendemain de l'accident. Mais son enfant était décédé et le maire de Soalara-Sud s'était engagé auprès de la gendarmerie et la brigade du port pour le faire sortir de la garde à vue pour les funérailles et le faire revenir le 20 juin avec les deux piroguiers. Mais aucun des trois personnes n'était revenu à la date indiquée pour un déferrement au parquet.

Le deuxième piroguier avait disparu et le maire n'avait pas voulu livrer le responsable de l'embarcation et le premier piroguier mais les aurait cachés chez son cousin » racontent encore les sources. « Nous remercions la gendarmerie, la brigade du port et le tribunal pour ne pas avoir fléchi devant ce qui devait être juste. Un mandat d'arrêt a été sorti à l'encontre du maire pour avoir caché les deux auteurs » ajoutent-elles. Un mois après, le 20 juin, le maire a été mis en détention avec son cousin, le deuxième piroguier et le responsable.

Le premier piroguier reste introuvable. Des personnalités politiques de Toliara sont intervenues pour faire sortir le maire au bout de 24 heures. Il a ainsi obtenu un sursis simple, non autorisé à quitter Toliara avec obligation de se pointer au tribunal tous les quinze jours.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X