Gabon: Le FMI prête 306 milliards de francs CFA au pays

Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) vient d'approuver un accord qui permettra au pays d'empocher un prêt de 306 milliards de francs CFA sur une période de trois ans.

Le représentant local du FMI, Marcos Poplawski-Ribeiro, s'est personnellement rendu lundi à la présidence de la République pour annoncer la bonne nouvelle au chef de l'État, Ali Bongo Ondimba.

« C'est un programme de prêt de 306 milliards de francs CFA, dont 126 vont être décaisser en cette première année. Avec trois objectifs : continuer le travail de riposte sanitaire, économique et sociale à la Covid-19. Le deuxième, relancer l'économie gabonaise réduisant la dette. Puis réduire la pauvreté. »

En juin 2017, le Gabon et le FMI avaient conclu un premier accord de trois ans. Libreville avait bénéficié d'une enveloppe de 354 milliards de FCFA pour relancer son économie, fortement entamée par la chute du cours des matières premières de 2014.

L'économiste gabonais, Mays Mouissi estime cependant que le nouvel accord n'est pas opportun, le premier s'étant soldé par un échec. « En 2017, au début du premier programme, la dette du Gabon était de l'ordre de 4000 milliards, et à la fin du programme elle est passée à 7000 milliards. Les comptes de la République gabonaise sont toujours en déséquilibre et l'accroissement des recettes publiques n'a jamais été réalisé », rappelle-t-il.

Quand le Gabon avait signé le premier accord avec le FMI en 2017, la croissance économique était de 0,5%. Elle a atteint 2,8% trois ans plus tard, s'est plutôt félicité une source gouvernementale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X