Centrafrique: Après une succession de crises, l'économie centrafricaine devrait entrer en récession

Président de la République de Centrafrique, Faustin Archange Touadéra

La nouvelle était attendue mais la Banque mondiale le confirme dans son rapport annuel publié ce mardi matin : l'économie centrafricaine devrait entrer en récession (-0,6%,) cette année sous l'effet cumulé de la crise sanitaire et de l'offensive menée en début d'année par la coalition rebelle de la CPC. La Banque mondiale dresse un portrait de l'économie du pays, encore trop dépendante des exportations de matière première, et préconise de miser sur le « capital humain ».

En 2020, l'économie centrafricaine a plutôt bien surmonté la crise sanitaire. Malgré la contraction de la demande, les secteurs de l'agriculture, de la foresterie, des télécommunications se sont révélés plus résilients que prévu. Les bailleurs ont augmenté leurs appuis.

Résultat : une croissance légèrement positive. Mais qui n'a toutefois pas empêché l'augmentation de la pauvreté. « Parce qu'il faut ajuster la croissance avec l'inflation. Et là on voit une décélération. On voit qu'en termes réels, les gens ont moins de moyens pour vivre, et ça cause une augmentation de la pauvreté », explique Han Fraeters, représentant résident de la Banque mondiale en RCA.

Début 2021, suite à l'offensive rebelle et au blocage de la principale voie d'approvisionnement du pays vers le Cameroun, la RCA bascule en récession.

La Banque mondiale propose des solutions sur le long terme, développe Han Fraeters : « quand on dit investir dans le capital humain, on veut dire dans les secteurs sociaux - éducation, santé, nutrition... Si on regarde le pourcentage que le gouvernement investit dans les secteurs sociaux, on voit que le gouvernement centrafricain investit moins dans les secteurs sociaux que les autres pays. Et ça, c'est déjà un choix, c'est une politique. »

Selon les calculs de l'institution, la Centrafrique accuserait jusqu'à vingt-deux ans de croissance en retard. Sous l'effet des coups d'État de 2003, de 2013 ou de la pandémie de Covid, et de la dernière crise sécuritaire.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X