Sénégal: Covid-19 - L'oxygène des CTE privés désormais à la charge de l'Etat

Dakar — Le gouvernement va désormais prendre en charge le coût de l'oxygène des Centres de traitement des épidémies (CTE) des cliniques privées dans le cadre de la riposte à la Covid-19, a-t-on appris lundi.

L'annonce a été faite par le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, lors d'une tournée auprès des fournisseurs de gaz.

Lundi, le ministère de la Santé a signé un partenariat avec les gaziers pour "assurer la sécurisation de l'oxygène" dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de la Covid-19.

L'Etat va, sur instruction du président de la République, prendre en charge l'approvisionnement en oxygène médical des cliniques privées ayant des centres de traitement des épidémies (CTE), a indiqué le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.

"Aujourd'hui, nous sommes dans une riposte ou l'Etat va réguler de manière globale l'oxygène médical pour le public et pour le privé et sur instruction du président de la République, l'oxygène à livrer aux CTE qui sont dans le privé sera gratuit pour le malade", a-t-il déclaré.

Abdoulaye Diouf Sarr s'exprimait après s'être rendu à Air Liquide, Sahel Gaz, Molécule Gaz OxySen pour une visite d'appréciation de manière directe de ce qui se fait sur la question de la gestion de l'oxygène médical.

Selon lui, "l'Etat va prendre cette partie de la facture pour livrer gratuitement cet oxygène aux CTE privés pour que le malade hospitalisé au niveau du privé puisse voir dans sa facture défalquée la partie oxygène".

"Ça va largement et beaucoup soulager nos compatriotes qui se soignent dans le privé", a ajouté le ministre.

Il souligne que "le chef de l'Etat, de ce point de vue-là, est tout à fait dans la même logique qui consiste à ne ménager aucun effort pour que dans le cadre de la riposte tout ce qui doit être fait, soit fait dans les meilleures conditions".

Il a rappelé avoir avoir reçu lundi, au niveau du ministère de la Santé et de l'Action sociale, Air Liquide, Sahel Gaz, Molécule Gaz Oxygène pour "évaluer la situation avec eux mais aussi leur dire l'importance qu'ils occupent dans la riposte parce que fournissant le premier médicament au niveau de nos centres de traitement".

Abdoulaye Diouf Sarr se dit "très satisfait, à ce niveau, par leur contribution et leur réaction très patriotique qui consistent à me dire que nous sommes engagés avec l'Etat du Sénégal à nous battre pour que la pandémie sorte du pays".

Dans cette dynamique, il a "fortement salué cette posture extrêmement citoyenne des gaziers".

"A la suite de cette réunion, nous avons retenu de réquisitionner et de réserver toute la production et le stock oxygène du pays à la riposte sanitaire dans les CTE du public et dans le secteur privé disposant de CTE", a fait savoir Abdoulaye Diouf Sarr.

Il signale qu'un courrier a été adressé aux gaziers pour que "toutes les dispositions à leur niveau soient prises pour une bonne prise en charge de cette stratégie".

"Autre élément important, ces gaziers, parce que produisant le premier médicament dans le cadre de la riposte sanitaire, sont désormais invités à nos réunions hebdomadaires du Comité national de la gestion des épidémies", a-t-il ajouté.

"Ça leur permet déjà d'apprécier ce qui est en train de se faire pour pouvoir éventuellement être dans la dynamique du CNGE [comité national de gestion des épidémies]", a-t-il indiqué.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X