Congo-Kinshasa: Consolidation de la démocratie et amélioration des conditions de vie - La CENCO réitère son engagement à poursuivre l'accompagnement du peuple congolais

*« Si j'ai mal parlé, fais-moi voir ce que j'ai dit de mal. Si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? (Jean 18, 23) ». C'est par ce verset biblique interrogatoire que le porte-parole de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), Abbé Donatien Nshole, a présenté à la presse l'indignation des actes abominables de profanation sur les lieux des cultes : paroisses, grottes mariales, autels, sanctuaires, au cours d'un point presse tenu le lundi 2 août au centre interdiocésain, à Kinshasa.

Les évêques par le truchement de son porte-parole Abbé Donatien Nshole condamnent les actes de vandalisme à la résidence de l'archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo, ainsi que la profanation des églises.

« Notre peine est d'autant plus grande que tous ces actes manifestent une haine contre l'église catholique. En effet, à notre connaissance, le Cardinal n'a pas pris une position qui n'est pas celle de la CENCO dans ce cadre de sa mission prophétique », a dit le porte-parole de la CENCO.

« La CENCO condamne fermement ces actes des violences inadmissibles qui sont une grave atteinte à la liberté religieuse et d'expression, mais aussi une entorse à la démocratie. C'est un grand recul sur le chemin de l'état de droit auquel aspire le peuple congolais », ajoute-t-il.

Dans leur déclaration, les hommes en soutane s'interrogent sur les causes qui ont fait que les églises subissent ces actes ignobles.« Pourquoi s'en prendre à la CENCO quand elle prêche la cohésion nationale ? Pourquoi l'attaquer quand elle défend l'indépendance de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Elle ne fait qu'accomplir sa mission prophétique dans la recherche du bien-être du peuple congolais.

Tout en condamnant ces actes ignobles, nous demandons à nos fidèles chrétiens et aux défenseurs de la démocratie de ne pas réagir violemment. La violence est l'arme de ceux qui manquent d'arguments dans un débat démocratique et citoyen. Elle tue la démocratie qu'elle remplace par la dictature, loin des évêques d'avoir un esprit tribal mais ils cherchent un consensus autour des animateurs », a déclaré le porte-parole de la CENCO.

Par ailleurs, la CENCO demande aux commanditaires de ces actes d'arrêter et au Gouvernement de la République de faire en sorte que les commanditaires et les commandités soient sanctionnés sans tarder et que plus jamais pareilles attaques ne se répètent.

« Enfin, conformément à la doctrine sociale de l'Eglise, la CENCO réitère son engagement à poursuivre l'accompagnement du peuple congolais dans la consolidation de la démocratie et l'amélioration de ses conditions de vie. Pour l'amour des congolais, la CENCO ne se taira point », a-t-il affirmé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X