Congo-Kinshasa: Journée Nationale du Génocide du peuple congolais - 2 août 1998 - Lamuka honore la mémoire des victimes à Kinshasa

La journée Nationale du Génocide du peuple Congolais commémorée le 2 août de chaque année était une occasion pour Lamuka après près de deux décennies de se souvenir, en cette même date de cette année 2021, de toutes les victimes ayant versé leur sang pour l'amour de leur patrie.

C'était en effet, au cours d'une célébration eucharistique dite en la Cathédrale Notre Dame du Congo de Lingwala, par l'Abbé Camille, un des missionnaires de l'Archidiocèse de Kinshasa. Aux côtés du Coordonnateur Adolphe Muzito dans cette messe de suffrage, il y avait le Président de l'Engagement Citoyen pour le Développement (ECIDé), le Président de la Dynamique pour une sortie de crise (Dysoc), Lisanga Bonganga ainsi que plusieurs membres et militants de Lamuka.

Dans son homélie, Monsieur l'Abbé Camille a exhorté les fidèles chrétiens à ne faire confiance qu'en Dieu, à ne compter que sur Dieu et Dieu seul car, à l'en croire, la vraie justice ne vient que de lui, Maître des temps et de l'histoire. «Pour nos frères qui ont versé leur sang dans les massacres ayant eu lieu à l'Est du pays, cette justice viendra dans le seul but de mettre fin à cette impunité parce que la justice de Dieu est une justice pour les pauvres et non une justice bicéphale», a rassuré fermement l'Officient du jour.

Pour sa part, Martin Fayulu Madidi, Président élu, selon ses convictions personnelles, a encouragé tous ses compatriotes à rester aux aguets, combattant le tribalisme, le népotisme, l'intolérance, l'obscurantisme, la corruption et le pillage des deniers publics, les vrais démons qui freinent le décollage de la République Démocratique du Congo. «Ces observes qu'on observe aujourd'hui avec beaucoup d'intensités doivent être combattues avec force.

L'occasion faisant le larron, le Président de l'ECIDé a condamné de la manière la plus sévère les attaques, dimanche dernier, d'un groupe de jeunes sans identité officielle, contre la résidence du Cardinal Fridolin Ambongo Besungu ainsi que les actes de sacrilège commis par des inciviques dans plus de 10 paroisses du Diocèse de Mbuji-Mayi, avant de réclamer des enquêtes sérieuses pour remettre les choses sur les rails

. «Ces actes inacceptables qui sont l'œuvre d'une catégorie de personnes en perdition nécessitent une enquête sérieuse», a insisté Martin Fayulu Madidi, avant d'ajouter, pour finir : «La flamme de la commémoration du Génocide du Peuple congolais, ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Ensemble, le 2 août de chaque année, manifestons notre volonté de faire vivre à jamais cette mémoire, de faire perdurer ad vitam aeternam le souvenir du Génocide du peuple congolais et de transmettre, comme il se doit, l'histoire de ces tragiques événement à nos enfants et aux enfants de nos enfants».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X