Cameroun: Passation des marchés publics - Les doléances des Conseils régionaux

Le ministre Ibrahim Talba Malla a reçu hier à Yaoundé, les préoccupations des présidents de ces institutions.

Ils sont sept parmi les dix présidents des conseils régionaux du pays avoir été reçus hier, mardi 3 aout 2021 par le ministre délégué à la présidence chargé des Marchés publics (Minmap), Ibrahim Talba Malla. Prenant la parole comme doyen des présidents des Conseils régionaux présents, Emmanuel Mve Elemva du Sud, a déroulé la liste des leurs préoccupations.

Il a souligné que bien que chaque région ait ses spécificités, tous les présidents font face aux mêmes difficultés. Notamment, les délais de passation des marchés publics, qui constituent pour eux une grande difficulté. En ce sens qu'il ne leur reste que moins de quatre mois pour mener à bien cette opération qui en demande bien plus. Emmanuel Mve Elemva a donc déclaré à cet effet, qu'il leur sera difficile de consommer les ressources financières mises à leur disposition à temps. « Consommer 275 milliards de F en quatre mois est une véritable gageure », regrette-t-il.

Pourtant, a-t-il ajouté, après la tenue récente du conseil budgétaire, il est impératif de pouvoir exécuter le budget. L'autre souci évoqué est relatif au cadre juridique qui selon eux, est incomplet, surtout en ce qui concerne leurs compétences réelles. Par ailleurs, les présidents des Conseils régionaux se plaignent d'évoluer dans des conditions pas toujours évidentes.

Et donc, ils disent être venus à la source, recevoir l'expertise et partager l'expérience du Minmap sur les meilleures procédures à adopter pour les aider à passer les marchés dans les délais. Le problème de formation des membres de la commission de passation des marchés a également été posé, de même que celui de l'installation effective des représentants des administrations au sein de cet organe.

Ibrahim Talba Malla, après les avoir félicités pour leur brillante élection à la tête de leurs régions respectives, a rassuré ses hôtes sur son accompagnement et sa collaboration permanente, notamment les facilitations dont ils auront besoin dans le cadre de leurs missions.

Le ministre a néanmoins souligné qu'il avait relevé l'absence de justificatifs de la maturité (études) des projets ainsi que d'autres préalables exigés par la règlementation des premières demandes d'autorisation des marchés de gré à gré qui lui ont été soumises pour la réalisation de certains projets. Tout en indiquant que cette situation tiendrait sûrement à l'absence au sein des conseils régionaux, de structures techniques dédiées.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X