Congo-Kinshasa: Profanation des paroisses et attaques contre le Cardinal - Le CLC prêt à prendre ses responsabilités en cas de récidive

Les réactions continuent de tomber de partout après le sacrilège commis dans le Diocèse de Mbuji-Mayi, l'attaque du Centre Lindonge et de la résidence du Cardinal Fridolin Ambongo Besungu dans la commune de Limete, le dimanche 1er août 2021, par des personnes non autrement identifiées à ce jour.

Si ces actes inciviques ont été condamnés par plusieurs ténors de l'arène politique en RDC, ils l'ont été aussi par le Comité Laïc de Coordination (CLC). Dans une déclaration publiée lundi 2 août dernier, cette organisation de laïcs catholiques déplore et condamne avec la dernière énergie ce comportement ignoble vis-à-vis des lieux sacrés et ainsi que du Cardinal Ambongo, et met en garde les hommes politiques qui excellent délibérément dans des propos incitant à la haine et à la violence. En cas de récidive, le CLC se dit prêt à prendre ses responsabilités pour recadrer un certain nombre de choses au pays.

Dans son message, le Comité Laïc de Coordination exhorte les congolais à se servir des erreurs du passé pour mieux vivre le temps présent et donner une lueur d'espoir aux jours à venir. Faisant allusion aux élections de 2018, le CLC revient sur les couacs, tout récemment, dans la démarche des Confessions religieuses de choisir le Successeur de Corneille Nangaa en vue des élections de 2023 qui se profilent déjà à l'horizon.

En dépit de tout ce qui a été constaté comme bémol au Centre Interdiocésain, le Comité Laïc de Coordination préconise la reprise des négociations entre les 8 membres desdites confessions, sans les candidats Ebotoko et Dénis Kadima, aux fins de l'élection d'un tout autre candidat digne de foi, un Président devant organiser des bonnes élections et publier les résultats conformes à la volonté du peuple. «Le CLC considère que la présidence de la CENI ne peut être l'otage de deux candidatures malgré leurs pertinences intrinsèques.

Aussi, préconise-t-il que les confessions religieuses reviennent à la table de négociation pour statuer sur d'autres candidatures», propose le CLC. Car, selon lui, le pays a plusieurs têtes capables de relever les défis en matière d'organisation des scrutins crédibles et apaisés. «La RDC dispose, en effet, de bien d'autres experts de haut niveau en matière électorale. L'enjeu revient à choisir celui qui présenterait un maximum de garantie de probité morale, d'impartialité et d'indépendance à l'égard des forces politiques, toutes tendances confondues», a-t-il souligné dans son message.

Un élément aussi important à privilégier en ce moment en République Démocratique du Congo mentionné par le Comité Laïc de Coordination, c'est la cohésion nationale, la meilleure garantie pour le développement du pays. «Le CLC rappelle également, avec insistance, qu'à l'heure actuelle, la cohésion nationale constitue le bien le plus précieux pour la Nation tout entière», rappelle-t-il enfin aux congolaises et congolais, comme pour inviter ceux qui s'adonnent à la violence à faire la paix partout à travers l'étendue du territoire national.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X