Congo-Kinshasa: Les jeunes de la Lucha mobilisent pour protester contre la «politisation de la CENI»

En République démocratique du Congo, cela fait plus d'une semaine maintenant que le différend perdure entre confessions religieuses sur la désignation du président de la Commission électorale. Six des huit confessions reconnues par l'Etat ont déposé le nom de leur candidat, Denis Kadima.

Les Eglises catholique et protestante, qui le soupçonnent d'être proche du pouvoir, estiment que c'est illégal et pointent que les pressions et menaces exercées sur les chefs religieux et d'autres candidats pour permettre cette désignation. Alors que l'opposition et une partie de l'Union sacrée ont suspendu leur participation à la CENI, plusieurs mouvements citoyens dont La Lucha appellent à manifester ce jeudi matin devant le siège du Parlement. Hier mercredi, ses militants mobilisaient déjà à Kinshasa.

« Bonjour ! Nous sommes le mouvement citoyen Lucha... » Crispin sensibilise déjà en lingala pendant que son collègue de la Lucha, Benjamin aborde un autre passant. « Demain, nous avons un sit-in au niveau de l'Assemblée nationale. Nous allons protester contre la politisation de la Céni. Nous ne voulons plus arriver à ce que nous avons vécu en 2018. Cette-fois, nous voulons qu'il y ait un cycle électoral crédible, accepté par tous... »

Sur cette place d'un quartier populaire, le discours de la Lucha touche, mais le mouvement espère être rallié par les politiques de tous bords comme l'explique Crispin.

« Moi, je fais appel à tous les politiciens, qu'ils soient du FCC, de Lamuka ou de l'Union sacrée... Je fais appel à tous les Congolais, parce que c'est pour un intérêt noble. C'est pour sauver la République démocratique du Congo ».

Depuis une semaine, activistes et acteurs politiques ont commencé à se consulter. Mais le front opposé au procès-verbal déposé par six confessions religieuses contre l'avis des Eglises catholique et protestante reste hétéroclite.

Il réunit la coalition pro-Kabila, et les partis de certains de ses principaux opposants, Martin Fayulu, Moise Katumbi ou encore Vital Kamerhe.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X