Congo-Kinshasa: Santé - Le non-respect de l'allaitement maternel cause la mortalité infantile

Chaque année en RDC, vingt-sept mille enfants de moins de 2 ans meurent à la suite du non-respect de l'allaitement maternel exclusif.

La révélation a été faite par la cheffe du service de prévention de la malnutrition du Programme national de nutrition (Pronanut), le Dr Irène Mushiya. C'était le 3 août au cours d'un briefing organisé à l'intention des professionnels des médias membres du Réseau des journalistes amis de l'enfant (RJAE) à Kinshasa, dans le cadre de la Semaine mondiale de l'allaitement maternel (Smam) prévue du 10 au 17 août. Pour cette année, le thème retenu pour la Smam est « L'allaitement maternel, une responsabilité partagée » tandis que le thème sous-régional pour l'Afrique est « Plus fort avec le lait maternel uniquement ».

A en croire le Dr Mushiya, le non-respect de l'allaitement maternel augmente le taux de mortalité infantile en RDC mais cette situation peut être renversée en recourant aux bonnes pratiques de l'allaitement maternel, c'est-à-dire mettre directement au sein le bébé quelques instants après l'accouchement, l'allaiter exclusivement au sein jusqu'à l'âge de six mois. Ce qui revient à dire qu'avant six mois, aucun autre aliment ne peut être donné au nourrisson même pas l'eau. "Dès sa naissance jusqu'à six mois, l'enfant doit être allaité exclusivement au sein maternel", a-t-elle insisté dans son intervention axée sur la situation nutritionnelle en RDC avec focus sur l'allaitement maternel.

Augmentation du taux d'allaitement exclusif

La RDC a enregistré une légère augmentation du taux d'allaitement exclusif au sein, cela grâce aux différentes campagnes de sensibilisation menées par le Pronanut grâce à l'appui de ses partenaires dont l'Unicef. A en croire le Dr Mushiya, le taux d'allaitement maternel exclusif en RDC a connu une légère évolution allant de 37% en 2010, 48 % en 2014 et 54 % entre 2017-2018. L'objectif, a-t -elle fait savoir, est d'atteindre 80 % d'ici 2025.

Parlant des avantages de la pratique de l'allaitement maternel exclusif, Dr Mushiya a souligné que l'allaitement maternel offre un bon départ dans la vie pour chaque enfant, il renforce le système immunitaire de l'enfant contre les maladies, il contribue à la croissance physique et intellectuelle de l'enfant. Chez la mère, il réduit le risque de cancer des ovaires et du sein.

Pour sa part, Mme Césarine Kuwa du Pronanut qui s'est appesantie sur le Code congolais de commercialisation des substituts du lait maternel(SLM) a indiqué que ce code tire son soubassement du Code international de commercialisation des SLM de 1981 qui protège les nourrissons et les jeunes enfants contre la commercialisation inappropriée des substituts du lait maternel, des biberons et des tétines.

"L'arrêté du ministre de la Santé du 28 mars 2006 portant Code congolais de commercialisation des SLM interdit la promotion, la publicité dans les medias, les réseaux sociaux et autres, le don et la vente des SLM, des autres produits lactés, des aliments de complément, des boissons présentées comme appropriées pour remplacer partiellement ou totalement le lait maternel chez les nourrissons avant l'âge de six mois", a t-elle révélé. Et d'ajouter que le Code congolais de commercialisation des SLM encourage les professionnels de santé à protéger, à promouvoir et à soutenir l'allaitement maternel exclusif.

Il interdit aux professionnels de santé d'accepter les avantages en espèces ou en nature, des cadeaux, des équipements ou services offerts par les fabricants, distributeurs ou entreprises qui commercialisent les SLM ou d'autres aliments destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants, a-t-elle dit. Bien avant, le directeur du Pronanut, le Dr Bruno Bindamba Senge a souligné que l'allaitement maternel est une responsabilité partagée, c'est-à-dire que chaque personne au sein de la communauté a la responsabilité d'accompagner la femme dans cette pratique.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X