Cote d'Ivoire: CAMPC/Salif Tiemptoré - « Que les pays membres participent plus activement à la dynamisation de l'institution »

Salif Tiemptoré, ministre burkinabé de la Jeunesse, de la Promotion de l'entrepreneuriat et l'Emploi, a effectué une visite de travail au Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (Campc), les 28 et 29 juillet, en marge des travaux du 9e Traité d'amitié et de coopération (Tac) entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.

Il a conduit une délégation qui a eu une rencontre avec Pr Joseph Assi-Kaudjhis, directeur général du Campc, le personnel et les membres du Conseil scientifique et pédagogique de l'institution. Salif Tiemptoré a indiqué que cette visite de travail vise à voir et comprendre l'évolution du centre et les perspectives pour une implication active des États.

« Je suis venu échanger avec le Dg pour mieux comprendre sa vision et ses ambitions pour le Campc. Mais également pour visiter le centre et nous rendre compte des progrès enregistrés », a-t-il déclaré. Le ministre burkinabè de la Jeunesse, de la Promotion de l'entrepreneuriat et l'Emploi a également exprimé son satisfecit quant à la qualité des résultats obtenus.

«Je voudrais dire que je repars satisfait de cette visite, de l'entretien que j'ai eu avec le responsable de la structure et l'ensemble du personnel. Je pense que le Campc dans sa vision actuelle mérite d'être fortement accompagné pour renforcer la coopération entre les pays membres, l'unité africaine, et surtout le dynamisme dans l'administration », a fait savoir le ministre, avant de réitérer le soutien de son pays.

« Il y a un certain nombre d'engagements que nous avons pris en commun. Pour ma part, je rendrai compte à mes supérieurs et je réaffirme tout mon engagement à participer au renforcement des capacités des cadres », dira-t-il.

Il a aussi salué les efforts consentis par le directeur général du Campc dans le processus de délocalisation de certaines activités, surtout que l'institution ambitionne de s'installer également au Burkina Faso. Parce que « La délocalisation vise donc à renforcer le Campc central et augmenter le nombre de cadres formés », à l'en croire.

Salif Tiemptoré a fait un plaidoyer pour un engagement accru des États membres pour accompagner l'école. « Aujourd'hui nous avons 6 pays et notre ambition est de faire en sorte qu'il y ait plus de pays qui participent. Mais aussi que ceux qui sont membres du Campc participent plus activement qu'ils ne le font actuellement à la dynamisation de l'Institut», a-t-il lancé.

Pour sa part, Pr Joseph Assi-Kaudjhis a traduit sa reconnaissance et adressé ses remerciements au ministre Tiemptoré pour sa forte implication dans la dynamisation du centre et pour avoir pris de son temps pour visiter les locaux. « Merci de nous avoir fait l'honneur de nous visiter, malgré votre calendrier chargé. Aujourd'hui est un grand jour pour le Campc, car nous avons reçu un administrateur important », a déclaré le Dg du Campc.

Il a aussi fait savoir que c'est avec beaucoup d'espoir que ses collaborateurs et lui-même ont accueilli cette visite. « Nous avons eu une très belle séance de travail avec le ministre. Nous avons un plan stratégique au Campc. Depuis 2018, plusieurs actions sont déclinées. Ce sont des dossiers que nous avons présentés au ministre et il a donné l'assurance de remonter les informations en réaffirmant son attachement et son engagement au centre », a expliqué Pr Assi Kaudjhis.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X