Afrique: Confinement et couvre-feu ont exacerbé les violences contre les femmes

Le coronavirus a exacerbé les violences basées sur le genre, partout dans le monde. Les enquêtes menées pendant les périodes de confinement ou de couvre-feu pour empêcher la propagation de la maladie le confirment, comme celles de l'organisation « Femme Droit et développement en Afrique » dans quatre pays de l'Afrique de l'Ouest (Bénin, Côte d'Ivoire, Ghana et Togo). Autre conséquence de cette situation : moins de femmes ont trouvé de l'aide. Pour résoudre ce problème, un centre d'aide juridique digitalisé (CAJUD) a été mis en place...

Pendant la première phase de la pandémie de coronavirus, des femmes et des filles ont éprouvé beaucoup de difficultés pour accéder aux centres d'écoute, alors qu'elles en avaient d'autant plus besoin que toutes les formes de violences basées sur le genre étaient en hausse.

Victoire Worou, chargée de programme à Femme Droit et développement en Afrique ( WILDAF/FEDDAF) confirme : « Il y a eu la fermeture des écoles, il y a eu la fermeture des marchés, il y a eu le confinement. Cela a entraîné plus de proximité entre les ménages, créé des tensions et occasionné des violences domestiques ».

« Aider à distance »

Au Bénin, par exemple, plus d'un quart des femmes (26,80%) ont connu des violences de ce genre en milieu urbain, et 60% en milieu rural. En Côte d'Ivoire, le pourcentage de femmes violentées dans les foyers abidjanais a bondi de 20 à 52% durant le confinement.

Il faut donc aider les femmes et les écouter. C'est pour cela que le WILDAF met en place un centre d'aide juridique digitalisé. « Il faut trouver le moyen de les aider à distance. C'est vrai qu'il y a eu, jusqu'ici, des efforts pour mettre en place des mécanismes d'alerte et de dénonciation, au téléphone, mais le CAJUD (Centre d'Aide Juridique Digitale NDLR) va plus loin », nous explique Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, coordinatrice sous-régionale de l'organisation.

Il s'agit d'améliorer l'efficacité des centres d'écoute et surtout de mobiliser les moyens pour de nouveaux centres dans les onze pays restants de l'Afrique de l'Ouest

CAJUD: Le numérique au service des droits des femmes et filles en Afrique de l'Ouest

Pour marquer la Journée Internationale de la Femme Africaine, WiLDAF-AO) procèdera le 30 juillet au lancement de l'outil CAJUD (Centres d'Aide Juridique digitalisés).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X