Burkina Faso: Programme d'amélioration des moyens d'existence durables - Un barrage pour le village de Niangdo et environnants

Le Programme d'amélioration des moyens d'existence durables a organisé le mardi 3 août 2021 la cérémonie marquant le début des travaux de construction du barrage de Niandgo dans la commune de Poa. D'un coût de plus d'un milliard de F CFA, l'infrastructure va contribuer à la création d'emplois et à l'amélioration des revenus des populations.

Les populations bénéficiaires se sont fortement mobilisées pour assister à l'événement.

Après des décennies d'attente ayant fait maigrir les espoirs, les populations de Niangdo, dans la commune rurale de Poa, à une trentaine de kilomètres de Koudougou, auront enfin leur barrage. Le lancement officiel des travaux de construction de l'infrastructure est intervenu le mardi 3 août 2021 au cours d'une cérémonie qui a connu la présence de membres de gouvernement, des partenaires techniques et financiers et de nombreuses populations de la commune.

D'une capacité de 580 000 m3, le barrage de Niangdo va couter la somme d'un milliard 154 millions 970 mille 300 (1 154 970 300) F CFA. Mis en œuvre dans le cadre du Programme d'amélioration des moyens d'existence durables (PAMED), il est financé par la Coopération indienne à hauteur de 48, 40%, l'Etat du burkinabè à environ 20% et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à 16,53%.

Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Ousmane Nacro, a, au nom du gouvernement du Burkina Faso, exprimé sa gratitude « renouvelée » au PNUD et à la Coopération indienne pour leur accompagnement qui a permis l'aboutissement heureux de ce projet. Selon le ministre Nacro, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a inscrit en bonne place dans les priorités de son programme quinquennal en ses chantiers 9 et 10 de relever les grands défis sectoriels et d'assurer le développement durable avec comme finalité, la réduction de la pauvreté et la réalisation du bien-être des Burkinabè. C'est dans cette dynamique, a-t-il fait savoir, que le PAMED, adossé au ministère en charge de l'environnement, a entrepris la réalisation du barrage de Niangdo à travers sa composante 1 : « Gestion durables des ressources naturelles et résilience des ménages agro-sylvo-pastoraux ».

De l'avis du représentant-résident du PNUD au Burkina Faso, Mathieu Ciowela, la réalisation de ce barrage est un exemple de succès de la coopération sud-sud et triangulaire entre respectivement l'Etat du Burkina Faso à travers la commune de Poa et le gouvernement de l'Inde, un pays ami de celui des hommes intègres, et le PNUD. « Le projet est aussi un bel exemple de dynamique partenariale de mobilisations multipartite et multisectoriel pour le développement endogène », a-t-il ajouté.

Le PAMED, a relevé M. Ciowela, met le focus sur l'atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle par des bonnes pratiques agro écologiques qui fondent les bases de la productivité, tout en garantissant la durabilité des systèmes écologiques et écosystémiques. Le représentant du PNUD a réitéré aux autorités gouvernementales, la volonté de son institution à soutenir le Burkina Faso dans ses efforts pour une amélioration effective des conditions de vie des populations. L'ambassadeur de l'Inde au Burkina Faso, Vijay Singh Chauhan, pour sa part, a signifié que ce geste traduit l'excellence des relations entre son pays et le Burkina Faso. « Le barrage contribuera à la réduction de la pauvreté des populations », a-t-il dit.

Pour le maire de Poa, Daouda Bagué, c'est un ouf de soulagement pour les populations de sa commune et celles environnantes. « Ce barrage va améliorer l'accès à l'eau potable des populations et booster l'économie locale de la zone. Nous sommes reconnaissants au gouvernement et à ses partenaires pour la réalisation de la retenue d'eau », s'est-il réjoui. La chefferie coutumière a demandé aux mânes des ancêtres de veiller sur le déroulement des travaux.

Les populations bénéficiaires se sont fortement mobilisées pour assister à l'événement.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X