Cameroun: Etablissements scolaires clandestins - La veille se poursuit

Le 29 juillet dernier les 106 écoles du secondaire étaient sommées par le Minesec de fermer leurs portes. L'effectivité de la décision est suivie de près par les autorités.

La prochaine rentrée scolaire se prépare activement au ministère des Enseignements secondaires. Et pour éviter certaines perturbations, un toilettage a été fait dans les établissements privés. Le 29 juillet dernier, le chef de ce département ministériel a signé un arrêté portant la fermeture des établissements scolaires privés pour violation des formalités légales de création et d'ouverture au titre de la rentrée scolaire 2021/2022.

Il s'agit au total de 106 établissements dans six régions du pays. Dans la région du Littoral, 58 établissements scolaires ont été fermés et 28 dans le Centre. Neuf établissements ont été sommés de fermer dans la région de l'Ouest et sept dans l'Est du pays. Deux établissements sont concernés dans la région du Nord, deux également dans la région du Sud.

Le Minesec n'est pas à la première opération du genre. En relation avec les autorités locales, ce département ministériel s'assure du respect des normes et de la qualité de l'apprentissage prodigué à la jeunesse camerounaise. Quelle assurance les parents ont-ils que ces établissements clandestins restent effectivement clos tant qu'ils ne se seront pas conformés à la règlementation. CT s'est penché sur les conséquences que ce phénomène d'écoles clandestines peut avoir sur les apprenants et sur les procédures d'ouverture d'un établissement d'enseignement secondaire privé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X