Angola: Le Forum recommande une augmentation de 10 pour cent de l'OGE pour le secteur agricole

Malanje (Angola) — L'atelier régional sur les systèmes alimentaires a recommandé mercredi au gouvernement angolais d'allouer environ 10 pour cent du Budget général de l'État (OGE, sigle en portugais) au secteur agricole, dans le but de se conformer aux déclarations de Malabo.

Signée en 2014 par les chefs d'État et de gouvernement africains, la Déclaration de Malabo est un instrument qui vise à dynamiser la production et la transformation agricoles sur le continent, afin d'assurer la sécurité alimentaire, à travers l'engagement de moins de 10% de l'OGE de chaque pays pour le secteur.

L'atelier sur les Systèmes Alimentaires et les Consultations Publiques de la Stratégie Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (ENSAN II) - Angola 2030 a également recommandé la formation technico-scientifique des producteurs agricoles, ainsi que la nécessité d'une plus grande valorisation du personnel du secteur agricole, par l'amélioration de la grille salariale.

La rencontre, à laquelle ont participé des techniciens du ministère de l'Agriculture et de la Pêche, des bureaux provinciaux de l'agriculture de Malanje, Cuanza Norte, Lunda Norte, Lunda Sul et Moxico, a également conclu sur la nécessité de subventionner la production et les facteurs d'incitation à la constitution de brigades de mécanisation agricole.

L'augmentation des activités aquacoles, la lutte contre la mouche tsé-tsé, ainsi que l'installation d'infrastructures pour la conservation et la distribution des produits alimentaires et l'amélioration des voies d'accès, afin de faciliter l'écoulement des produits, sont inclus, entre autres, dans les décisions de la réunion.

A l'issue de la rencontre, le vice-gouverneur provincial pour le secteur politique, économique et social, Domingos Eduardo, a souligné la nécessité de travailler pour faire de l'agriculture l'un des piliers de l'éradication de la faim et de la malnutrition dans le pays.

Il a rappelé qu'une telle intention passe nécessairement par une augmentation de l'enveloppe budgétaire du secteur, afin d'augmenter les niveaux de production et, avec cela, de dynamiser le processus de diversification économique, en cours dans le pays.

Sous la devise "La contribution de l'agriculture dans les systèmes alimentaires", l'atelier s'est concentré sur les questions liées à la contribution de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et de l'aquaculture dans le système alimentaire, les mesures et les politiques opérationnelles pour renforcer le système national de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Durant trois jours, les participants ont analysé et discuté des questions liées aux indicateurs de sécurité alimentaire, à l'alignement idéal du système alimentaire pour un avenir durable, aux actions nécessaires pour promouvoir des systèmes alimentaires territoriaux durables, entre autres sujets.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X