Maroc: 443ème anniversaire de la bataille d'Oued Al Makhazine - Une page héroïque dans l'histoire de la résistance pour la défense des constantes nationales

Le peuple marocain célébrera, mercredi, le 443ème anniversaire de la bataille d'Oued Al Makhazine, une page héroïque dans l'histoire de la résistance pour défendre l'intégrité territoriale du Maroc et porter haut les valeurs de l'Islam.

La célébration de cet événement par le peuple marocain, la famille de la résistance et l'armée de libération est le moment opportun pour revenir sur un fait marquant de l'histoire du Maroc, qui reflète un nationalisme hors pair, ainsi que le dévouement du peuple à défendre la souveraineté nationale et les valeurs de la Oumma islamique. Le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération veille à commémorer cet anniversaire dans la commune de Souaken, relevant de la province de Larache, pour offrir aux générations montantes l'occasion de prendre connaissance des grandes épopées des Marocains pour sauvegarder la souveraineté, la dignité et l'intégrité territoriale de la nation.

Cet évènement, qui intervient quelques jours après la célébration de la Fête du Trône, illustre les valeurs de citoyenneté positive, et permet de puiser dans le patrimoine civilisationnel et culturel afin de préparer les générations montantes à faire face à l'ensemble des défis que connaît le monde actuellement, notamment dans ces circonstances exceptionnelles. Ce qui caractérise la bataille d'Oued Al Makhazine est qu'elle avait eu lieu dans une conjoncture régionale et internationale très sensible marquée par une concurrence acharnée entre les trois principaux empires méditerranéens de l'époque, à savoir le Portugal et l'Espagne d'une part, et les Ottomans de l'autre. En effet, les Européens occupaient les ports de la façade atlantique surtout celui de Larache profitant de la situation prévalant en Afrique du Nord, particulièrement au Maroc.

Conscient de l'importance du facteur temps pour les Marocains, le Sultan Abdelmalek Saadi proposa des négociations à Don Sébastien pour mieux se préparer à une éventuelle confrontation. Face à ces convoitises étrangères, le Sultan, en bon politique et fin connaisseur de la conjoncture nationale et internationale de la seconde moitié du 16ème siècle, a pu préserver l'indépendance et la souveraineté marocaine contre le Roi du Portugal qui s'est lancé dans une aventure non calculée visant à étendre son pouvoir sur une partie du territoire marocain. Suite à l'embarquement des forces portugaises au départ de Lisbonne à destination des villes marocaines de Tanger et Asilah, le Sultan décida alors de conduire lui-même son armée à Ksar El Kébir. Il envoya une lettre de provocation à Don Sébastien pour le faire avancer jusqu'au Loukkous en vue de l'isoler de sa flotte maritime qui était son point fort.

Don Sébastien tomba dans le piège et donna l'ordre de marcher sur Ksar El Kébir et de traverser OuedAl Makhazine. Après la destruction du pont d'Oued Al Makhazine par les forces marocaines, la bataille s'est soldée par la mort de Don Sébastien et de son allié Mohamed El Moutaouakil. Au cours de la bataille, le Sultan Abdelmalek Saadi, empoisonné par ses ennemis, décède et sa mort ne sera annoncée qu'une fois la victoire des Marocains proclamée. La victoire du Maroc lors de cette mémorable bataille, connue également sous le nom de la bataille des Trois Rois, mit ainsi fin aux convoitises expansionnistes de l'armée portugaise qui représentait à l'époque une force coloniale et militaire à l'échelle mondiale. Elle avait également permis au Royaume de s'ériger en puissance et de renforcer sa position sur les plans africain et méditerranéen

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X