Ile Maurice: Diffamation alléguée - Roshi Bhadain réclame Rs 50 millions à Bobby Hurreeram et First Talk Ltd

10 jours après la publication du rapport de la commission d'enquête sur la vente des actions du défunt groupe BAI au sein de Britam Holdings, Roshi Bhadain lance sa riposte.

Hier, il a servi une mise en demeure au ministre Bobby Hurreeram et à First Talk Ltd, qui dirige Wazaa FM. L'ex-ministre réclame Rs 50 millions de dommages pour les préjudices allégués causés suivant la publication du rapport.

Lors d'une émission de radio sur Wazaa FM le 30 juillet, Bobby Hurreeram, en compagnie d'autres invités, avait formulé des accusations contre l'ex-ministre des Services financiers. Le ministre des Infrastructures publiques avait notamment déclaré que le seul bilan de Roshi Bhadain à l'issu de ses 18 mois en tant que ministre des Services financiers est qu'il a «fait disparaître la somme de Rs 1,9 milliards».

Le lendemain, Bobby Hurreeram avait animé une conférence de presse et avait réitéré ses propos. Selon Roshi Bhadain, Bobby Hurreeram a agi de «mauvaise foi» et de façon «malicieuse». Et d'ajouter que les commentaires faits par le ministre le 30 et 31 juillet lui ont causé du tort. C'est la raison pour laquelle la somme de Rs 50 millions est réclamée aux deux parties concernées. Roshi Bhadain leur accorde un mois de délai, faute de quoi il entamera des actions légales devant la Cour suprême.

Rappelons que la commission d'enquête sur Britam Holdings Ltd avait été instituée en 2017 dans le but de connaître les circonstances dans lesquelles la vente des actions que détenait BAI Co (Mauritius) Ltd au sein de Britam Holdings Ltd (Kenya) avait eu lieu. L'ex-juge Bushan et ses deux assesseurs avaient énuméré 31 recommandations dont parmi, l'initiation d'une enquête pénale contre l'ex-ministre Roshi Bhadain, entre autres.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X