Libye: Guerre de prérogatives militaires entre Haftar et Tripoli

Siège du département d'Etat américain à Washington.

Le Libyen Khalifa Haftar était en visite au Caire hier, pour la première fois depuis la fin de la bataille de Tripoli il y a un an, pour des « discussions sur les derniers développements en Libye ». Un déplacement quelques heures après des déclarations qu'il a faites lundi et qui défient le pouvoir de Tripoli. Il affirme ne pas dépendre de ce pouvoir. Des déclarations qui ont ébranlé la capitale libyenne et surtout le camp des islamistes.

Khalifa Haftar a affirmé lundi, à l'occasion du 81e anniversaire de l'armée libyenne, que celle-ci « ne se pliera jamais à un pouvoir civil non élu par le peuple libyen ». « Nous sommes prêts à la paix malgré les divergences accrues de nos positions qui nous ont conduit à l'escalade », a cependant tempéré le maréchal, sans oublier de rappeler le rôle de l'ANL dans la lutte contre le terrorisme et les projets extrémistes en Libye.

À l'Est, le camp de Benghazi dénonce une tentative de marginaliser l'armée nationale libyenne.

À Tripoli, ces déclarations ont agacé et irrité, surtout dans les rangs des islamistes.

Le pouvoir y voit un nouveau défi et un refus de reconnaitre l'accord politique dont il est issu.

Le Premier ministre Abdelhamid Dbeibah estimé qu'une « armée ne peut pas dépendre d'une seule personne ».

Selon l'accord de Genève, il revient à Mohamad al Manfi, à la tête du Conseil présidentiel, de diriger les forces armées.

Mais en réalité, il n'a aucun pouvoir, ni sur Khalifa Haftar ni sur les nombreuses milices de Tripoli et de l'ouest libyen.

Richard Norland, l'ambassadeur et envoyé spécial américain en Libye qui a rencontré Khalifa Haftar hier au Caire, a estimé qu'il « pourrait jouer un rôle dans la réunification de l'institution militaire ». Les pourparlers pour la réunification de l'armée sont suspendus depuis plusieurs mois.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X