Cote d'Ivoire: Annoncé à l'Udpci/Sia André (député de Sangouiné) - « Jusqu'à ma mort, je serai avec Affi N'Guessan. Je demeure FPI... »

Le député de Sangouiné, Sia André, par ailleurs vice-président du Front populaire ivoirien (Fpi), chargé du Tonkpi, a réagi ce mardi 10 août, aux informations annonçant son départ de sa formation politique.

Joins par téléphone par la rédaction fratmat.info, Sia André, député de la circonscription électorale de Man, Sangouiné, Podiagouiné, Sandougou, Soba, Zagoué et Fayampleu, a indiqué qu'il n'a jamais quitté le Fpi.

« Jusqu'à ma mort, je serai avec Pascal Affi N'Guessan. Je suis et je demeure toujours militant du Front populaire ivoirien, à moins qu'Affi change de ligne. Je milite au Fpi depuis les années 1980 pas pour un individu. Je suis venu au Fpi pour la lutte de l'instauration de la démocratie en Côte d'Ivoire et en Afrique. Je ne peux pas suivre ceux qui veulent ramener la lutte politique à leur simple personne », a martelé l'élu.

Puis de rappeler que c'est pendant les élections législatives du samedi 6 mars 2021, que son parti a tissé une alliance avec l'Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d'Ivoire (Udpci). C'est dans cette union qu'il est membre du groupe parlementaire du parti arc-en-ciel présidé par Albert Mabri Toikeusse.

« C'est avec l'accord du président Pascal Affi N'Guessan que je suis allé au groupe parlementaire Udpci. Cette appartenance ne m'empêche pas de militer au Fpi. Cela ne fait pas de moi un militant de l'Udpci. C'est une alliance politique », a-t-il déclaré.

En outre, il s'est également prononcé sur la crise qui secoue sa formation politique. Sans toutefois jeter des pierres dans le camp de la dissidence. « Je ne peux suivre celui qui emploie le slogan : "Asseyons-nous et discutons" et qui refuse de s'asseoir, non seulement avec son épouse, mais aussi avec sa famille politique pour discuter. Je ne suis pas avec celui qui parle de démocratie et qui refuse l'alternance. Parce qu'il veut toujours rester président et rejeter toutes contradictions », a-t-il avancé.

Mieux, il dit s'inscrire entièrement dans le combat du président Pascal Affi N'Guessan en vue de redonner un meilleur visage à la politique ivoirienne.

En effet, lors d'un comité central, le lundi 9 août 2021, au palais de la culture de Treichville, Laurent Gbagbo, fondateur du Fpi, avait proposé à ses partisans de créer un nouveau parti politique. « Sur le chemin de la lutte, on rencontre souvent quelques écueils. Tu marches et tu vois une pierre. Tu ne te bats pas contre elle. Tu la contournes ou bien tu la sautes (...) Ce qui a fait que tu es parti de chez toi le matin, ce n'est pas la pierre. Tu es parti de chez toi pour arriver dans un autre village. Donc sur notre chemin, nous avons rencontré Affi. J'ai proposé au comité central de créer un nouveau parti », a indiqué l'ancien Chef de l'Etat.

Dans un communiqué paru sur le site fratmat.info, Pascal Affi N'Guessan a rassuré ses militants et sympathisants, l'opinion nationale et internationale de sa ferme volonté de poursuivre sa mission pour la renaissance de son parti en vue de la reconquête du pouvoir en 2025. « Je continuerai de me battre pour les valeurs de démocratie et de progrès que nous avons autrefois partagées », a-t-il annoncé.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X