Guinée: Introduction du pass sanitaire au pays

Illustration

Les autorités guinéennes redoutent la montée du variant delta. Un pass sanitaire va être obligatoire pour obliger la population à respecter les mesures barrières anti-coronavirus.

En Guinée plusieurs variants de Covid-19 existent dans le pays selon les autorités sanitaires. L'un des variants delta est redouté par les médecins spécialistes. Malgré cet état de fait, les mesures barrières sont peu respectées par les populations. Ce qui amène les autorités de Conakry à durcir le ton. De nouvelles dispositions viennent d'être prises pour lutter contre la propagation du virus de la Covid-19.>>> A lire aussi : La fièvre de Marburg présente pour la première fois en Guinée

Pour davantage de vaccination

C'est lors du Conseil des ministres mardi 10 août 2021 que les autorités ont décidé de durcir les mesures sanitaires à cause de la montée du nombre de contaminations dans le pays.

Les décès dans les hôpitaux ont dépassé la barre de plusieurs dizaines par jour à cause des nouveaux variants, indique le responsable du plus grand centre de traitement contre la Covid-19 à Conakry, le docteur Mohamed Condé:

"Le variant delta est le plus dangereux actuellement, mais le variant beta et le variant alpha aussi sont devenus très dangereux. C'est une annonce pour les populations. Nous leur demandons de se faire vacciner. Le gouvernement à acheter plus de trois cents doses de vaccins. Ces vaccins sont disponibles il est important que les gens se fassent vacciner."

Pass sanitaire obligatoire

Désormais les bars et lieux de divertissements sont fermés. Les forces de l'ordre appliquent à la lettre les instructions, nous confie le directeur adjoint de la communication de la police nationale, le Colonel Mory Kaba :

"Les gestes barrières édictés par l'Agence nationale de sécurité sanitaire, nous allons les respecter à la lettre. C'est-à-dire le port obligatoire des masques, la distanciation sociale dans les véhicules et le couvre-feu."

La fermeture des bars, boîtes de nuit et autres lieux de divertissement sont mal perçus par les opérateurs culturels. Sékou Baron, qui travaille dans cette branche, se demande : "pourquoi les hôtels sont ouverts, pourquoi les marchés sont ouverts? Pendant ce temps, nos activités culturelles sont bloquées". Il ressent une injustice : "C'est comme si que c'est seulement lors des activités culturelles que se propage le coronavirus. Moi je peux dire que c'est non et non. La Guinée ne peut pas dire qu'elle a été victime plus que les Européens."

Désormais les personnes venant des pays touchés par des variants comme delta seront soumises à des mesures spéciales une fois sur le territoire guinéen.

Aux frontières, des points de contrôles précis et spécifiques seront érigés comme des barrages filtrants.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X